Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Articles

Pour un renouvellement des données phonologiques

Le corpus PFC « Phonologie du français contemporain »
Chantal Lyche
p. 119-138

Texte intégral

1Grâce en partie aux nouvelles technologies qui facilitent les enregistrements et autorisent le stockage de vastes quantités de données, la constitution de corpus oraux s’est largement développée ces dernières années (Bilger, 2000). En phonologie, la tradition des corpus remonte aux grandes enquêtes des xixe et xxe siècles mais la phonologie moderne fait peu de cas de ces travaux leur préférant souvent des données subjectives. Il convient cependant de s’interroger sur l’intérêt de la construction de grands corpus dont l’exploitation ne saurait être fructueuse qu’à la condition que l’élaboration de ceux-ci soit le fruit d’une méthodologie rigoureuse. Dans ce travail nous nous pencherons sur la question des données phonologiques qui parfois quelque peu fantaisistes, ne peuvent pas toujours servir de support à des analyses crédibles. Nous verrons comment le projet PFC se propose de remédier à cet état de fait en adoptant pour chaque point d’enquête une méthodologie unique qui fournit non seulement une masse de données considérable mais des données strictement comparables. Nos propos seront illustrés à l’aide du phénomène de la liaison pour lequel nous présenterons quelques résultats.

Des données trop souvent peu fiables

2Les phonologues, constamment confrontés pour leurs analyses au problème des données, opèrent parfois des choix qu’ils revendiquent, mais trop souvent négligent de s’interroger sur les faits qui feront l’objet d’étude. Ainsi, dans ses préliminaires à l’étude de schwa, Dell (1973-1985 : 195) propose une stratégie sans ambiguïté qui n’en élimine pas pour autant d’autres tout aussi légitimes :

Un mot d’abord sur le parler qui est décrit ici. C’est celui de l’auteur. Le comportement de schwa est l’un des domaines où les variations d’un locuteur à l’autre sont très fréquentes, même entre gens dont les prononciations sont très semblables. […] Mais les différences [entre grammaires individuelles] sont trop considérables pour pouvoir être ignorées ou traitées comme des fluctuations accidentelles autour d’une fictive « prononciation moyenne ».

3Si l’analyse proposée par Dell est restée la référence première pour le traitement du schwa, il est regrettable que les données envisagées par divers phonologues se soient limitées par la suite au parler de Dell. Mais la réduction des données ne concerne pas le seul schwa, elle touche de façon encore plus flagrante la liaison normalement soumise aux fluctuations multiples inter- ou intra-locuteurs. Encrevé (1988 : 30) rappelle que « la liaison est un indicateur social explicite, un des rares lieux de la langue où les plus variationnistes des linguistes ont été amenés à reconnaître la variation sociale et l’hétérogénéité linguistique », ce que Passy (1892 : 118) avait déjà mis en évidence : « L’emploi des liaisons varie considérablement selon le style et selon les personnes. Dans le langage littéraire on lie beaucoup plus que dans le style familier, mais ce sont surtout les instituteurs, et encore plus les personnes peu instruites essayant de parler “très bien”, qui introduisent des liaisons en masse ». Force nous est de constater, à la lecture de travaux récents sur la liaison, que certains phonologues se complaisent à rendre compte du système des « instituteurs » ou des « personnes peu instruites essayant de parler “très bien” », délaissant par là-même la grande majorité des locuteurs. La question des données se trouve généralement reléguée à la périphérie de l’analyse, le chercheur reprenant des données anciennes sans les vérifier ou s’appuyant uniquement sur des ouvrages classiques comme Grevisse (1964) ou Fouché (1959), sans être conscient que ces ouvrages ont été conçus pour un public d’étrangers à qui il s’agissait d’apporter la bonne parole, la belle langue. Il en résulte que des données erronées acquièrent, à force d’être répétées, une certaine respectabilité : « Some of these data […] have indeed been rehearsed so often that they have acquired a quite unjustified respectability in generative analyses of standard French. » (Morin, 1987 : 838).

4Selkirk (1972) propose la première analyse détaillée de la liaison dans le cadre génératif et s’appuie pour cela sur le travail de Fouché (1959). L’analyse sera revue, corrigée, mais un consensus quasi unanime s’appliquera aux données. Pour Selkirk la liaison se caractérise par les trois points exprimés en (1).

5(1) Liaison

Il existe un lien étroit entre la syntaxe et la réalisation de la consonne de liaison.
Cette consonne est enchaînée.
Cette consonne est sous-jacente dans la grammaire du locuteur.

6Ainsi le découpage syntaxique permet de rendre compte de la différence entre (2a) et (2b) :

(2) (a) [de bons enfants] [arrivent]
(b) [[des enfants] [intelligents]] [arrivent]

7La liaison est obligatoire en (2a) à l’intérieur de ce que Selkirk (1986) définit comme un syntagme phonologique minimal mais facultative en (2b) dans le domaine du syntagme phonologique maximal. Ces principes de base perdurent et se retrouvent, par exemple, chez Oostendorp (1997) dans le cadre de la théorie de l’optimalité. De même, la présence vs l’absence de liaison en (3) se voient corrélées à une opposition syntaxique (complément vs circonstanciel) :

(3) (a) Les rues sont parallèles [z] au port
(b) Les rues sont parallèles // au port

8Kaisse (1985) regrette le manque d’accord sur les données, ce qui ne l’empêche pas de laisser pour compte un style soutenu car trop sujet à variation et, dans la veine de Selkirk, d’opposer des exemples comme (4) (a) et (b) censés départager deux parenthésages en compétition :

(4) (a) Il est très [z] intelligent et modeste
(b) Il est très // intelligent et modeste

9Personne ne niera qu’une opposition entre (3a) et (3b) tout comme entre (4a) et (4b) est envisageable, mais elle ne sera probablement pas réalisée à l’aide de la liaison mais plutôt par la présence/absence d’une pause. De plus, si les conclusions tirées par Selkirk à partir de l’étiquetage en (2a) semblent à première vue légitimes, elles ne résistent pas à une observation plus poussée. Tout adjectif en français est théoriquement susceptible d’occuper une position antéposée ce qui entraîne son incorporation dans un syntagme phonologique minimal, domaine de liaison obligatoire. On cite souvent des exemples comme ceux de (5) :

(5) (a) un grand ami
(b) un petit ami
(c) un sot ami
(d) un circonspect ami

10(5c) et (5d) sont évidemment suspects à deux titres : l’antéposition de l’adjectif fait sourire les locuteurs natifs et que dire de la qualité de la voyelle ? S’agit-il de la variante mi-fermée ([o]-[e]) ou de la variante mi-ouverte ([ɔ]-[ε]) ? Selkirk, consciente du manque de naturel de formes comme (5c), suggère qu’elles sont néanmoins possibles lorsque, par exemple, le locuteur est exaspéré. Morin (1987) tente l’expérience pour conclure que la plupart de ses informants ont refusé de coopérer, jugeant ce type de formes complètement ridicules ou, lorsque finalement ils acceptent de jouer le jeu, les variantes proposées sont multiples, avec ou sans liaison, avec voyelle mi-ouverte ou mi-fermée. On peut seulement regretter que ces exemples resurgissent régulièrement dans la littérature, comme encore récemment dans le cadre de la théorie de l’optimalité (Féry, 2003). Quel crédit accorder à des analyses qui s’appuient sur de telles données ? Un besoin urgent se fait sentir en phonologie pour des données fiables reflétant les usages divers des locuteurs, pour des données autres que celles d’un écrit oralisé et c’est le désir de répondre à cette attente qui a en partie motivé la mise en œuvre du projet PFC (Phonologie du français contemporain).

Les axes centraux du projet PFC

11PFC se donne comme objectifs les cinq points suivants (Durand, Laks, Lyche, 2002, 2003a ; Durand & Lyche, 20031) : (1) fournir une meilleure image du français parlé dans son unité et sa diversité, (2) mettre à l’épreuve les modèles phonologiques sur les plans synchronique et diachronique, (3) constituer une base de données importante sur le français oral à partir d’une méthodologie commune, (4) favoriser les échanges entre les connaissances phonologiques et les outils de traitement automatique de la parole, (5) élargir et renouveler les données pour l’enseignement du français et de la linguistique française. Nous porterons ici une attention toute particulière au troisième point et expliciterons quelque peu la méthodologie adoptée dans le projet.

12PFC s’inscrit dans la tradition des grandes enquêtes phonologiques (Durand, Laks, Lyche, 2003b) avec une cinquantaine de points d’enquête en France (y compris les DOM) et hors de France (Afrique, Belgique, Canada, Louisiane, Suisse) choisis pour assurer une grande représentativité aussi bien géographique que sociologique en s’efforçant de cibler des témoins de plusieurs classes d’âge, de différents milieux socio-économiques, en tâchant d’équilibrer zones rurales et urbaines, et en incluant les banlieues ouvrières de quelques grandes villes. L’incorporation d’une vingtaine de points d’enquête hors de l’Hexagone donne au projet une dimension diatopique d’une grande originalité. Aucune enquête de cette envergure n’a jusqu’à présent couvert de la sorte l’espace francophone et ce souci de l’aspect diatopique devrait sans nul doute nous permettre d’atteindre notre premier objectif2. Cependant la couverture géographique n’est pas l’unique élément qui fait de PFC un projet pilote ; PFC se distingue surtout par l’application dans tous les points d’enquête d’un protocole unique visant à rassembler des données provenant de quatre registres distincts3. Il en ressort des données robustes et strictement comparables.

13La définition des quatre registres est inspirée des grands travaux de Labov et sont inclus dans le protocole : la lecture d’une liste de mots, la lecture d’un texte, un entretien semi-dirigé et une conversation libre. La liste de mots et le texte sont impérativement lus par tous les locuteurs mais peuvent être suppléés par des listes ou textes complémentaires pour tester des phénomènes qui n’auraient pas été suffisamment pris en considération. C’est par exemple le cas pour la tension vocalique au Canada, la longueur vocalique en Normandie, etc. Les enquêtes sont menées de préférence en binôme afin d’assurer l’obtention de deux registres distincts de conversation. L’un des enquêteurs doit avoir une bonne connaissance du terrain et le plus souvent c’est un familier des témoins. Cette proximité lui permet de minimiser la situation de communication violente (Bourdieu, 1993) toujours palpable lors d’un enregistrement et de participer naturellement à la conversation libre. L’entretien semi-dirigé est conduit par le deuxième enquêteur, une connaissance du premier, une personne qui appartient à son réseau dense (Milroy, 1980), mais néanmoins étrangère au milieu étudié (Durand & Lyche, 2003). Les témoins sont bien ancrés dans la communauté, y ayant de préférence fait toute leur scolarité. Le travail de lecture exclut cependant tout témoin dont le niveau d’éducation ne lui permet pas d’effectuer cette tâche et diminue par là-même notre couverture diastratique. Ce choix méthodologique s’est néanmoins imposé pour garantir une certaine cohésion des enquêtes.

14Une fois les données enregistrées, elles sont numérisées et transcrites sous PRAAT (Delais-Roussarie, Meqqori & Tarrier, 2003) sur une tire spécifique avec alignement au signal. Toutes les transcriptions sont effectuées en graphie standard sans aucune modification, sans aucun diacritique qui permettrait d’effectuer un lien avec la prononciation. Seuls les éléments absents ne sont pas transcrits, comme par exemple le ne de la négation. Nous avons suivi ici une pratique adoptée par de grands corpus oraux dans une fin de mutualisation des données, jugeant que toute autre prise de position impliquerait un biais théorique, un début d’analyse. Il nous a aussi semblé impératif que le chercheur retourne systématiquement au signal pour ses propres analyses, ce qui se fait très simplement sous PRAAT, soit à travers l’écoute d’un morceau transcrit, mais aussi grâce à la visualisation de la courbe de fréquence fondamentale (F0) et des formants vocaliques. Nous proposons cependant de rendre les données plus accessibles par le biais de codages, en nous concentrant dans un premier temps sur le schwa, la liaison et la prosodie.

Domaines phonologiques privilégiés et stratégies de codage

15Trois axes de recherche ont ponctué l’élaboration du protocole dont la finalité était de fournir des données fiables et comparables sur (1) les systèmes phonémiques de toutes les variétés de français, (2) le schwa et (3) la liaison, (2) et (3) représentant les phénomènes les plus caractéristiques et les plus étudiés de la phonologie française.

Le système phonémique

16Le profil phonologique de chaque locuteur est établi dans un premier temps sur la base de la liste de 94 mots lus dont les dix derniers sont des paires minimales. Le système ainsi élaboré est ensuite confronté à la lecture du texte qui reprend certains mots de la liste pour se voir finalisé après étude des deux conversations. Les exercices de lecture incorporent les oppositions de hauteur, la loi de position (plus particulièrement en syllabe accentuable), les voyelles nasales, les voyelles basses, les glissantes (avec l’opposition diérèse/synérèse), la simplification des groupes consonantiques finaux, etc. Les transcriptions et l’alignement au signal fournissent des matériaux comparables dont on peut extraire, pour chaque locuteur, la répartition des voyelles moyennes dans un espace F1/F2. L’équipe PFC d’Aix en Provence s’est donné pour tâche l’extraction automatique des structures formantiques, ce qui permettra à terme d’établir, de façon bien plus fiable qu’à l’oreille, le profil moyen de chaque locuteur, mais aussi d’envisager des comparaisons entre locuteurs dispersés dans tout l’espace socio-géographique pris en compte par PFC (Durand, Laks, Lyche, à paraître).

Encodage des données : schwa, liaison, prosodie

17Afin de faciliter les travaux sur le schwa et la liaison, deux autres domaines privilégiés, des codages sont proposés autorisant de la sorte un premier balayage des données et donnant la possibilité d’extraire automatiquement des contextes similaires. Ces codages sont alphanumériques et sont effectués sous PRAAT, sur deux tires spécifiques. Le texte dans son entier est codé pour chaque locuteur de la base et sont aussi codées trois minutes de conversation dirigée et libre pour schwa et cinq minutes des deux conversations pour la liaison. Dans leur conception, les codages sont aussi athéoriques que faire se peut. Ils n’engagent aucunement le chercheur et n’ont pour objectif que de lui fournir un accès simple et direct à un ensemble de données automatisées. Les deux modes de codage se veulent donc neutres, sans a priori théorique flagrant, avec un degré de granularité relativement grossier puisqu’ils ne prennent pas en compte un ensemble de paramètres susceptibles d’influencer la présence ou l’absence des phénomènes étudiés. Le codage-schwa comporte quatre chiffres : (1) présence/absence, (2) position dans le mot, (3) contexte gauche, (4) contexte droit. Le codage-liaison indique la longueur du mot liaisonnant, la nature de la consonne de liaison si cette dernière est réalisée, la nature de la voyelle en cas de liaison avec consonne nasale, la nature de la liaison (enchaînée ou non, épenthétique). Aussi bien pour le schwa que pour la liaison, est codé tout site potentiel en accord avec les grands travaux classiques, comme par exemple ceux de Delattre (1966). Le codage-schwa prend en compte non seulement les voyelles graphiques mais toutes les consonnes finales prononcées permettant de relever toute présence de schwa final tout comme d’éventuelles simplifications consonantiques. A la finale absolue, seul le français du Midi laisse apparaître régulièrement un schwa lorsque le mot suivant est à initiale consonantique. Ainsi, dans ma grande fille, le schwa de l’adjectif est prononcé, alors qu’il est muet dans ma grande amie. On observe cependant très régulièrement chez certains locuteurs non méridionaux une nette tendance à « insérer » des schwas en finale de mots : il peut s’agir de schwas dits prépausals comme dans bonjour-e, ou de « lubrifiants » comme dans Marc-e Blondel, le schwa permettant ici d’alléger une suite de quatre consonnes. Plutôt que de coder uniquement les réalisations observées de ces différents schwas, nous avons choisi de coder systématiquement pour la présence ou l’absence de schwa toute consonne finale prononcée, estimant qu’une consonne finale prononcée représentait un site potentiel d’insertion. Lorsqu’un groupe final est simplifié, le codage se place après la dernière consonne audible, ce qui nous apporte également de précieuses informations sur la simplification de ces groupes. Nous illustrons cette démarche en (6) où l’astérisque représente les quatre chiffres du codage :

(6) Il mange* sur* la tab*le de* la cuisine*
[i ãʒ syʁ la tab də la kɥizin]

18La consonne finale du pronom personnel n’est pas codée du fait de son caractère muet. Cette absence de codage peut par la suite être relevée automatiquement, nous fournissant ainsi aisément des pourcentages sur la réalisation ou non d’une consonne finale de mot. Dans le verbe et la préposition, le codage sera effectué puisque le verbe exhibe un schwa graphique et que la consonne de la préposition est prononcée. Par contre, le substantif table est codé non pas après le schwa graphique mais immédiatement après la lettre ‘b’ indiquant de la sorte la syncope de la liquide. Une recherche automatique de toutes ces occurrences fournit alors de nombreuses données sur les phénomènes de simplifications du groupe consonantique obstruante + liquide et de leurs contextes. PFC met à la disposition des chercheurs un ensemble d’utilitaires informatiques en vue d’une recherche automatique de tous les codages et de leur répartition.

19Une base de données de l’ampleur de celle de PFC ne peut se permettre, si elle ambitionne de s’imposer comme référence, d’évacuer la prosodie. L’alignement du corpus autorise un premier accès à la dimension prosodique grâce à l’écoute possible de tout morceau de texte transcrit et grâce au déroulement de la F0 qui apparaît sous Praat. Nous avons néanmoins envisagé de systématiser quelque peu les données et de procéder, comme pour le schwa et la liaison, à un codage systématique de la prosodie. La tâche est ambitieuse pour de multiples raisons. Quels sont les objectifs ? Peut-on comme pour le schwa et la liaison faire appel à des codeurs naïfs ? Quelle granularité de codage doit-on envisager ? Sans tenter d’apporter des réponses à ces questions fort complexes (Caelen-Haumont, 2002 ; Lacheret-Dujour, Lyche & Morel, 2004 ; Poiré, 2004 ; Simon, 2004), notons simplement que les ambitions de PFC sur le plan prosodique embrassent deux approches principales : (1) dégager les caractéristiques prosodiques générales de chaque variété de français dans un but purement descriptif et comparatif, (2) mettre en valeur le lien entre quelques phénomènes hautement variationnels (le schwa, la liaison, les glissantes) et la prosodie. Ce codage, qui reste encore à finaliser, adoptera la même stratégie que les codages segmentaux, mais le consensus théorique s’avère problématique. La tendance qui s’ébauche propose un codage unique pour rendre compte des deux objectifs, mais un codage qui se déclinera sur deux modes : un mode standard et un mode étendu. Le niveau standard, effectué par des codeurs non spécialistes mais néanmoins formés, se fera principalement sur la base de la F0 sous PRAAT. Ce codage fournira des indications sur la place de la proéminence dans le mot et sur les frontières. Un deuxième niveau se surajoutera au premier sur une tire autonome. Destiné à des spécialistes qui s’appuieront sur des logiciels plus complexes comme INSTMEL (Caelen-Haumont, 2002), Prosogramme (Mertens, à paraître) ou WinPitch (Martin, 2004), il aura pour fonction d’apporter des informations plus fines sur les caractéristiques de la courbe mélodique.

20Constatons en conclusion que la base PFC entièrement alignée et partiellement codée4 constituera une source inestimable de données d’une grande fiabilité. Dans l’attente de son achèvement, les résultats proposés ne sont que partiaux, mais certaines tendances se dégagent qui permettent de mieux cerner divers phénomènes, dont la liaison, comme nous essayons de le démontrer ici.

Vers une analyse de la liaison

21Les données recueillies par les différentes enquêtes confortent les observations sporadiques d’un ensemble de chercheurs et permettront à terme, étant donné la masse de données fournies, de mettre en place une nouvelle classification de liaisons obligatoires, facultatives et interdites. Nous envisagerons respectivement les liaisons dites obligatoires et les liaisons dites facultatives selon la classification de Delattre (1966). Parmi les liaisons dites obligatoires, on relève systématiquement dans tout le corpus les instances de liaison comme marqueur du pluriel entre un clitique et le verbe ou entre un déterminant et son substantif :

(7) ils [z] arrivent
mes [z] amis

22De même, on observe dans le corpus une très forte proportion de liaisons avec voyelles nasales, due en partie à la forte fréquence du pronom on :

(8) un [n] ami
on [n] arrive

23Enfin, et sans surprise, on constate qu’un impératif se lie toujours au clitique qui le suit, si ce dernier est à initiale vocalique :

(9) prends [z]-en
vas [z]-y

24Les exemples du type de (7), (8) et (9) sont légion mais ils représentent les seules instances de liaisons catégoriques du corpus. La liaison entre un adjectif antéposé et le substantif relève en fait du domaine de la liaison variable. Tous les chercheurs mentionnent le caractère variationnel de la liaison et s’accordent pour affirmer qu’un registre formel favorise la liaison chez tous les locuteurs alors que certaines classes sociales sont plus enclines que d’autres à lier les mots. Il devrait alors s’ensuivre que l’ensemble de nos locuteurs dans un registre aussi formel que celui de la lecture n’omette aucune des liaisons dites « obligatoires ». Or, la liaison entre l’adjectif antéposé et le substantif n’est pas systématique. La liaison est parfois inexistante dans la première phrase de notre texte « Le village de Beaulieu est en grand émoi ». Cette absence de liaison ne saurait être liée à la nature de l’adjectif puisqu’une étude approfondie des corpus de deux points d’enquête (Vendée et Suisse5) met en évidence que seuls les adjectifs petit et grand apparaissent régulièrement en antéposition, à l’exclusion de tout autre, une fois exclues des expressions figées du type gros yeux (cf. faire les gros yeux). Que dire alors des formes comme sot ami, que les linguistes affectionnent ? Force nous est de reconnaître que ces variantes sont inexistantes dans la langue spontanée qui évite l’antéposition lorsque cette dernière devrait occasionner une liaison. Si un sot ami avec ou sans liaison fait sourire, la combinaison un sot témoignage est tout à fait acceptable6. De même un hiver sera froid, mais on évitera un froid hiver alors qu’un froid témoignage ne pose aucun problème. Analyser systématiquement les réalisations des adjectifs antéposés n’est cependant pas une tâche vaine. S’il est douteux que l’on accède par ce biais à la compétence du locuteur, à des formes sous-jacentes, un tel exercice contribue cependant à fournir des indications d’ordre psycholinguistique, comme les stratégies mises en œuvre pour négocier des formes peu courantes. Il faut donc probablement voir dans le maintien de la liaison avec quelques adjectifs antéposés une influence directe de la fréquence d’utilisation (Bybee, 2001).

25Les nombreux cas de liaisons variables mentionnés dans la littérature ne se retrouvent que très sporadiquement dans le corpus. On notera tout d’abord que les liaisons non enchaînées7 décrites extensivement par Encrevé (1988) chez les hommes politiques, sont quasiment inexistantes. PFC semble confirmer que le phénomène, pourtant largement présent à l’écoute des médias, se restreint aux habitués de la parole publique. Dans nos deux registres de conversation (dirigée et libre) les liaisons variables apparaissent en très petit nombre seulement. Les cas recensés comprennent une liaison très variable après la troisième personne de l’indicatif du verbe être, et quelques instances de liaison après des modaux comme doit, peut. Que la liaison soit si peu présente dans la parole spontanée surprendra peu, mais ces résultats sont corroborés dans la lecture. Or, l’exercice de lecture exige une conscience linguistique accrue et tout le système scolaire, particulièrement par le biais des instituteurs dont le rôle s’avère primordial, incite à l’acquisition d’une « parlure » jugée plus noble lorsqu’elle est persillée de liaisons. Le texte du PFC lu par tous les témoins propose un échantillonnage varié de contextes de liaison potentielle, soit un total de treize contextes listés en (10) :

(10) a. est en (grand émoi)
b. chemises en soie
c. pâtes italiennes
d. circuits habituels
e. toujours autour
f. est en revanche
g. ont eu
h. visites officielles
i. provoquer une
j. préparent une journée
k. plus à quels
l. trouver au

26Dans les données vendéennes, (10a) et (10f) représentent de loin les liaisons les plus fréquentes, confirmant ainsi les études antérieures (De Jong, 1994), mais il ne s’agit cependant pas de liaisons catégoriques. (10d) et (10c) apparaissent sporadiquement alors que la liaison ne se manifeste jamais en (10h). La présence de la consonne de liaison se trouve souvent liée au désir de favoriser les suites CV-CV et d’éliminer ainsi les instances de hiatus, explication plausible pour (10d) mais plus difficilement soutenable pour (10c) et (10h) où les substantifs respectifs comportent une coda finale qui normalement donnerait lieu à un enchaînement : [pa ti ta ljɛn], [vi zi tc fi sjɛl]. La distinction entre les deux expressions réside exclusivement dans le poids du substantif : pâtes est un monosyllabe alors que visites est dissyllabique. Avant d’envisager sérieusement la force de cette observation, une étude systématique de tous les points d’enquête s’impose. Nous pouvons cependant conclure que le style de la lecture n’exerce qu’une faible influence sur la présence de la liaison chez de nombreux locuteurs.

27Ces résultats suggèrent quelques pistes concernant le traitement linguistique de la liaison. Il ne semble pas qu’un traitement unifié de la liaison soit soutenable : consonne flottante ancrée dans certains cas, élidée dans d’autres, épenthèse, entrées lexicalisées, toutes ces approches joueront sans doute un rôle bien précis dans le grand puzzle que constitue la liaison. Dans un premier temps, et sans surprise (Morin & Kaye, 1982), nous observerons que la consonne /z/ fonctionne comme marqueur du pluriel et /t/ comme marqueur verbal. La fréquence de cette dernière consonne se restreint à quelques verbes dont les modaux, mais la réalité de ce marqueur ne saurait être mise en doute eu égard à des erreurs telles je veux [t] être, prononciation relevée chez un locuteur vendéen.

28De par l’attention portée à la comparabilité des données, PFC mettra à la disposition des phonologues un large corpus oral fiable où ils viendront puiser afin de tester leurs hypothèses sur un ou plusieurs points d’enquêtes. Par ce biais, la variation phonologique régionale pourra également être documentée de manière systématique (Durand & Eychenne, 2004). Il ne s’agit cependant pas de prétendre que la tâche du phonologue se cantonne à consulter des données de corpus, mais que cette démarche est dans un premier temps incontournable et qu’elle s’avère indispensable pour des phénomènes de sandhi mettant en cause des unités supérieures à celle du mot lexical. Les chercheurs impliqués dans le projet PFC ont en partage la ferme conviction que les données authentiques occupent une place centrale dans la formulation d’hypothèses et que se plonger dans cette masse hétérogène fournie par le discours constitue le préalable à toute approche théorique.

Haut de page

Bibliographie

Andreassen, H. et Lyche, C. (2003) : La phonologie du français contemporain : le vaudois en Suisse, La Tribune internationale des langues vivantes 33, 64-71.

Bilger, M. (ed.) (2000) : Corpus. Méthodologie et applications linguistiques, Paris, Champion.

Bourdieu, P. (1993) (ed.) : La misère du monde, Paris, Éditions du Seuil.

Bybee, J. (2001) : Phonology and Language Use, Cambridge, Cambridge University Press.

Caelen-Haumont, G. (2002) : Quelques outils de transcription pour l’analyse de corpus oraux. Communication, Quatrième Journées « Phonologie du français contemporain », Paris X-Nanterre, 23-25 janvier 2002.

De Jong, D. (1994) : Sociophonologie de la liaison orléanaise, in C. Lyche (ed.), Generative Phonology: Retrospective and Perspectives, Middlesex, AFLS/ESRI, 95-130.

Delais-Roussarie, E., Meqqori, A. et Tarrier, J.-M (2003) : Annoter et segmenter les données de parole sous Praat, in Delais-Roussarie E. et Durand J. (eds.), Corpus et variation en phonologie du français. Méthodes et analyses, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 159-185.

Delattre, P. (1966) : Studies in French and Comparative Linguistics, The Hague, Mouton.

Dell, F. (1973-1985) : Les Règles et les Sons, 1re édition, 1973, Paris, Hermann.

Durand, J. et Eychenne, J. (2004) : Le schwa en français : pourquoi des corpus, Corpus 3, 311-356.

Durand, J. et Lyche, C. (2003) : Le projet « Phonologie du français contemporain et sa méthodologie », in Delais-Roussarie E. et Durand J. (eds.), Corpus et variation en phonologie du français. Méthodes et analyse, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 213-278.

Durand, J., Laks, B. et Lyche, C. (2002) : La phonologie du français contemporain : usages, variétés et structure, in C. Pusch et W. Raible (eds.), Romanistische Korpuslinguistik- Korpora und gesprochene Sprache/Romance Corpus Linguistics — Corpora and Spoken Language, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 93-106.

Durand, J., Laks, B. et Lyche, C. (2003a) : Le projet « Phonologie du français contemporain » (PFC), La Tribune internationale des langues vivantes 33, 3-9.

Durand, J., Laks, B. et Lyche, C. (2003b) : Linguistique et variation : quelques réflexions sur la variation phonologique, E. Delais-Roussarie et J. Durand (eds.), Corpus et variation en phonologie du français. Méthodes et analyse, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 11-88.

Durand, J, Laks, B. et Lyche, C. (à paraître) : Un corpus numérisé pour la phonologie du français contemporain, in Geoffrey Williams (ed.), La linguistique de corpus, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Encrevé, P. (1988) : La liaison avec ou sans enchaînement. Phonologie tridimensionnelle et usages du français, Paris, Éditions du Seuil.

Féry, C. (2003) : Liaison and syllable structure in French, Potsdam University, Ms.

Fouché, P. (1959) : Traité de prononciation française, Paris, Klincksieck.

Gadet, F. (2000) : Des corpus pour (ne)… pas, in M. Bilger (ed.), Corpus. Méthodologie et applications linguistiques, Paris, Champion, 156-167.

Girard, F. et Lyche, C. (2003) : La phonologie du français contemporain dans le Domfrontais : un français en évolution, La Tribune internationale des langues vivantes 33, 166-172.

Grevisse, M. (1964) : Le Bon Usage, 8e éd., Paris et Gembloux, Duculot.

Kaisse, E. (1985) : Connected Speech: The Interaction of Syntax and Phonology, Orlando, Academic Press.

Lacheret-Dujour, A., Lyche, C. et Morel, M. (2004) : Codage prosodique : lien prosodie- schwa/liaison, in J. Eychenne et G.-M. Mallet (coor.), Bulletin PFC 3, Du segmental au prosodique. Protocoles, outils, extensions et travaux en cours, ERSS, Université de Toulouse-le-Mirail, 89-98.

Martin, P. (2004) : WinPitchPro, a Tool for Text to Speech Alignment and Prosodic Analysis, Proceedings of Prosody 2004, Nara, Japon, 23-26 mars 2004, 545-548.

Mertens, P. (à paraître) : Le prosogramme : une transcription semi-automatique de la prosodie, Cahiers de linguistique de Louvain, 28.

Milroy, L. (1980) : Language and Social Networks, Oxford, Blackwell.

Morin, Y-C. (1987) : French data and phonological theory, Linguistics 25, The Hague, Mouton, 817-843.

Morin, Y.-Ch. et Kaye, J. (1982) : The syntactic bases for French liaison, Journal of Linguistics 18, Cambridge, Cambridge University Press, 291-330.

Oostendorp, M. van (1997) : Style Levels in Conflict Resolution. In Frans Hinsken, Rœland van Hout & Leo Wetzels (eds.), Variation, Change and Phonological Theory, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, 207-229.

Passy, P. (1892) : Les sons du français, 3e édition, Paris, Firmin-Didot.

Poiré, F. (2004) : Le codage de la prosodie dans le cadre du PFC, in J. Eychenne et G.-M. Mallet (coor.), Bulletin PFC 3, Du segmental au prosodique. Protocoles, outils, extensions et travaux en cours, ERSS, Université de Toulouse-le-Mirail, 127-135

Poiré, F. et Gursky, C. (2004) : Le comportement de schwa et des voyelles hautes internes en français, Communication, Colloque international Phonologie du français : enjeux descriptifs et théoriques, Université de Calgary, 8-9 juillet 2004.

Selkirk, E. (1972) : The phrase phonology of English and French. Thèse de Ph. D., MIT.

Selkirk, E. (1986) : On Derived Domains in Phonology, Phonology Yearbook 3, Cambridge, Cambridge University Press, 371- 405.

Simon, A.C. (2004) : Analyse de la variation prosodique du français dans les données conversationnelles. Propositions théoriques et méthodologiques, in J. Eychenne et G.-M. Mallet (coor.), Bulletin PFC 3, Du segmental au prosodique. Protocoles, outils, extensions et travaux en cours, ERSS, Université de Toulouse-le-Mirail, 99-113.

Haut de page

Annexe

Image d’une transcription sous PRAAT : texte lu

L’image ci-dessus représente la segmentation et la transcription sous PRAAT des premières phrases du texte lu par tous les locuteurs de l’enquête. Ici, il s’agit d’un témoin de Domfront (Orne). La transcription orthographique est effectuée sur la première tire, le codage schwa sur la deuxième et le codage liaison sur la troisième. Le logiciel permet la multiplication des tires à volonté.

La partie grisée est celle que l’on a choisi d’écouter. Dans cette séquence, la partie la plus foncée apparaît également en haut de l’écran où elle peut être modifiée et éditée.

Nous avons ici choisi d’afficher les formants, l’intensité et la courbe de F0, une aide précieuse pour délimiter les pics accentuels. Cet exemple a été partiellement codé pour la prosodie. Ce codage nécessite un découpage en syllabes perçues, syllabes transcrites dans l’alphabet SAMPA. La finalité du codage illustré ci-dessous est de dégager les liens entre la présence/absence de schwa ou de la liaison et des facteurs prosodiques.

Haut de page

Notes

1 PFC met sur son site http://www.projet-pfc.net/, une description complète des procédures d’enregistrement ainsi que des bulletins réguliers. La présentation ci-dessous est volontairement réductrice et le lecteur consultera Durand & Lyche (2003) pour un aperçu plus complet de la méthodologie de PFC.
2 Voir dans le numéro spécial de La Tribune internationale des langues vivantes (2003) numéro 33, la variété des analyses proposées.
3 Gadet (2000 : 164) par exemple, dans son étude des corpus sur la négation regrette l’absence de possibilité de comparaison. « Mais aucun auteur n’effectue de comparaison entre zones. Il n’y a pas, à ma connaissance, de tentative pour comparer un même type d’enregistrement d’une région à l’autre. » Elle regrette aussi par ailleurs la « sur-représentation des classes moyennes éduquées », autre écueil que nous avons tenté d’éviter.
4 Les codages schwa, liaison, prosodie ne se prétendent pas exhaustifs et laissent la place à d’autres initiatives comme celle de Poiré et Gursky (2004) pour les glissantes.
5 Je tiens à remercier Géraldine Mallet et Helene Andreassen qui m’ont fourni respectivement les données de Vendée et de Suisse.
6 La nature du substantif ne saurait être mise en compte puisque un sot accord n’est guère plus acceptable qu’un sot ami. Le poids du substantif par contre influe directement sur l’acceptabilité comme le montre un sot âne, expression tout à fait exclue.
7 Les travaux d’Encrevé montrent que seules les liaisons dites facultatives sont susceptibles d’être prononcées sans enchaînement, c.-à-d. comme coda du mot liaisonnant : il veut arriver [ilvøt aʁive].
Haut de page

Table des illustrations

URL http://lidil.revues.org/docannexe/image/148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://lidil.revues.org/docannexe/image/148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Lyche, « Pour un renouvellement des données phonologiques », Lidil, 31 | 2005, 119-138.

Référence électronique

Chantal Lyche, « Pour un renouvellement des données phonologiques », Lidil [En ligne], 31 | 2005, mis en ligne le 03 octobre 2007, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lidil.revues.org/148

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org