Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Rivista di psicolinguistica applicata, VII, 1-2, 2007.

Marinette Matthey
p. 191-192

Texte intégral

1Cette livraison de la revue éditée par le Dipartimento di Psycologia dei Processi di Sviluppo e Socializzazione de l’université La Sapienza de Rome contient sept articles abordant différents thèmes et domaines en psycholinguistique. Nous en avons retenu tout particulièrement trois.

2Emilia De Tommasi, Giuseppe Mininni et Augusto Gnisci (Université de Bari et de Naple) proposent une réflexion sur le langage et la théorie de l’Esprit en examinant la relation entre certains types d’actes de discours associés à certains états mentaux. Leurs données sont constituées par des récits de jeunes mères autour de la question de l’attachement.

3Piera Margutti (Université pour étrangers de Pérouse) présente une analyse ethnométhodologique des formes de réprimandes adressées à des élèves en classe. Il s’agit en fait d’une étude sur l’autorité et le contrôle social, leur manifestation ritualisée au sein de l’espace classe. Différentes « méthodes » sont recensées : des énoncés adressés ou non, comportant des « condamnations » explicites ou non. Il peut s’agir de commentaires, de rappels de règles de conduite, d’ordres, ou de remarques adressées à un élève en particulier. Beaucoup de ces réprimandes ne verbalisent pas leur objet : il suffit à l’enseignante de regarder le « coupable » en prononçant son prénom pour que le comportement indésirable cesse : ce qui manifeste bien l’intériorisation des normes scolaires. L’auteure focalise son analyse sur les séquences adressées à un élève particulier (il rimprovero nominale) et montre qu’elles ont une composante essentiellement déictique et donc contextuelle. L’auteure en tire la conclusion suivante : les règles de conduites ne sont pas des règles a priori, mais elles apparaissent toujours dans des moments particuliers, à partir d’évènements particuliers qui n’ont pas forcément besoin d’être explicités, mais qui donnent lieu à un traitement verbal de la part de l’enseignante. Ces remarques sont intégrées aux actions en cours, et constituent des paroles d’autorité qui n’admettent pas la justification (l’élève ne peut pas « répondre », mais il doit adapter son comportement). L’article montre bien comment s’imbriquent étroitement l’accomplissement interactif des cours d’action et le maintien de l’ordre social.

4Camilla Monaco (Université La Sapienza de Rome) s’inscrit dans le champ de la didactique de l’histoire. Partant du principe que la capacité à réfléchir en termes historiques repose sur le fait de pouvoir expliquer à quelqu’un pourquoi on pense telle ou telle chose, activité qui est aussi un processus d’influence sociale, l’auteure s’intéresse aux interactions se déroulant dans de petits groupes d’enfants de 8-9 ans, échangeant des commentaires à propos d’un document iconographique (la « tapisserie de Bayeux »). Ce document, et les questions qui l’accompagnent (Selon vous, que font les personnages représentés ? Quels moyens de transport utilisent-ils ? Quelles armes ? Comment sont-ils vêtus etc.) fonctionnent comme déclencheurs de l’interaction. Les analyses montrent que la collaboration qui s’instaure dans les groupes repose à la fois sur le partage et le conflit de points de vue, et que ces mouvements permettent aux enfants de « penser ensemble » (ce qui montre bien la nature essentiellement dialogale et intersubjective des représentations). De plus, les thèmes des échanges menés ont souvent montré des caractéristiques propres au discours historique comme la question de la fiabilité des sources, la possibilité de généraliser à partir d’un cas particulier et l’interprétation des évènements du passé en comparaison avec des évènements actuels. Autrement dit, du point de vue de la didactique de l’histoire, ce type d’activité basée sur la collaboration permet l’instauration d’un climat d’intersubjectivité collective propice au développement d’une « posture » historique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marinette Matthey, « Rivista di psicolinguistica applicata, VII, 1-2, 2007. », Lidil, 37 | 2008, 191-192.

Référence électronique

Marinette Matthey, « Rivista di psicolinguistica applicata, VII, 1-2, 2007. », Lidil [En ligne], 37 | 2008, mis en ligne le 10 juillet 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://lidil.revues.org/2705

Haut de page

Auteur

Marinette Matthey

Université Stendhal-Grenoble 3, Lidilem.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org