Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Articles

L’impact d’une cyberquête sur la motivation d’apprenants en anglais de spécialité

Lydie Lozinguez-Ben Gayed et Annick Rivens Mompean
p. 89-104

Résumés

L’utilisation d’activités médiatisées dans l’apprentissage d’une langue étrangère est censée augmenter la motivation des apprenants. Cet article vise à mieux comprendre les modalités du gain motivationnel exprimé dans cette hypothèse en présentant l’impact d’une cyberquête sur la motivation d’apprenants d’anglais de spécialité. Les deux principaux éléments motivationnels proviennent du fait que les apprenants ont aimé la cyberquête, notamment pour sa facilité, ce qui a diminué leur anxiété en classe d’anglais, avec des effets sur leur envie d’apprendre la langue. Ils ont aussi amélioré l’image qu’ils avaient d’eux-mêmes via l’acquisition de nouvelles compétences linguistiques mais aussi transversales en informatique, ce qui devrait améliorer à son tour leur employabilité.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements
Les auteurs souhaitent remercier les relecteurs anonymes pour leurs commentaires éclairants et « motivants ».

1La motivation fait partie, avec les aptitudes langagières, les stratégies et les styles d’apprentissage, des principales différences individuelles qui entrent en jeu dans l’apprentissage d’une langue étrangère et qui peuvent permettre de prédire le succès ou l’échec de cet apprentissage (Dörnyei, 2005). Il est donc essentiel pour les enseignants de prendre en compte ce paramètre relatif à l’apprenant et de comprendre ce qui est susceptible d’influer de façon positive sur le degré de motivation de l’apprenant.

2L’objectif de cette contribution est, d’une part, de parvenir à vérifier, dans le cadre d’une recherche-action, l’hypothèse selon laquelle des activités médiatisées par les TICE (Technologies de l’information et de la communication pour l’éducation), en particulier une cyberquête, qui requiert l’utilisation d’un ordinateur et d’Internet, peuvent influer positivement sur différents aspects de la motivation d’un groupe d’apprenants d’anglais de spécialité ; et d’autre part à analyser les types de changements observés afin d’en comprendre les raisons. La cyberquête étudiée faisait partie d’un dispositif médiatisé plus large dont chaque élément a été analysé indépendamment. Nous nous intéressons ici plus spécifiquement à la séance avec cyberquête, afin de mesurer l’impact de ce type de format sur la motivation et son adéquation avec une approche actionnelle qui vise à « prendre en compte les ressources cognitives, affectives, volitives et l’ensemble des capacités que possède et met en œuvre l’acteur social » (Conseil de l’Europe, 2001, p. 15).

Cadre théorique

Contexte d’apprentissage

3Nous nous situons dans un cadre constructiviste, dans le sens où nous considérons les apprenants comme des sujets actifs qui sélectionnent et traitent l’information, élaborent des hypothèses et prennent des décisions (Bruner, 1990). Nous verrons que la cyberquête se prête particulièrement bien au développement de ce type d’activités.

4Nous nous plaçons également dans une perspective actionnelle, telle qu’elle est envisagée dans le Cadre Européen Commun de Références en Langues, et proposons aux apprenants une approche par tâche, celle-ci étant définie par Nunan (1989, p. 10) comme « une unité de travail centrée sur le sens (meaning-focused work) impliquant les apprenants dans la compréhension, la production et/ou l’interaction en langue cible ». On peut ajouter le fait que selon Narcy-Combes (2005, p. 166), « l’important, c’est le traitement du sens, le lien avec le monde réel, le résultat qui prime sur la performance langagière », ce qui correspond tout à fait aux activités construites, tout en postulant également, à l’instar de Lantolf et Genung (2000, p. 100) qu’« une motivation soutenue s’accompagnerait de progrès linguistiques substantiels ».

5Ceci nous a donc conduit à proposer aux apprenants un scénario pédagogique médiatisé sous la forme de cyberquête, cyberenquête ou encore rallye internet (à l’origine webquest selon Dodge [1995]), qui apparait comme un jeu de rôle ou une simulation dans laquelle les apprenants ont certaines « missions » ou des tâches à accomplir. Celles-ci sont guidées par des fiches de travail et des adresses Internet, préparées en amont par l’enseignant afin d’éviter une perte de temps et de motivation. Selon Mangenot et Louveau (2006, p. 42) :

Une cyberenquête est une activité d’investigation (inquiry) pour laquelle toutes ou presque toutes les informations utilisées par les apprenants sont tirées de la Toile. Les cyberenquêtes sont conçues pour faire gagner du temps aux apprenants, en se concentrant sur l’exploitation de l’information plutôt que sur sa recherche, et pour encourager la réflexion des apprenants sur les plans de l’analyse, de la synthèse et de l’évaluation.

6Dodge (1995) insiste sur le fait qu’une cyberquête doit, dans l’idéal, se composer des éléments suivants : une introduction, une tâche faisable et intéressante, plusieurs sources d’information, la description de la tâche à accomplir, des indications sur la manière d’organiser les informations trouvées et une conclusion.

7Comme le fait remarquer Egbert (2005), la cyberquête repose donc à la fois sur des ressources authentiques en ligne et sur des documents non-authentiques élaborés par l’enseignant, l’important étant qu’ils permettent à l’apprenant de « mener une investigation et, chemin faisant, de traiter l’information en L2 » (Guichon, 2006, p. 57). Par ailleurs, il est possible de « repérer des modes de structuration des tâches, dans leur temporalité, susceptibles d’agir favorablement sur la motivation des élèves » (Raby, 2008a, p. 6). Ainsi, « dans sa forme achevée, on pourra dire que le dispositif est motivant s’il a permis à l’apprenant de développer ses propres stratégies d’apprentissage et s’il est prêt à renouveler son usage du dispositif pour de nouvelles tâches » (Raby, 2007, p. 47).

La motivation

8Il existe de nombreuses définitions du terme « motivation » ; Huitt (2001) a synthétisé celles proposées dans de nombreux livres de psychologie et en a déduit que la motivation est un état interne ou une condition qui sert à activer ou à dynamiser un comportement et à l’orienter : « The general consensus [is] that motivation is an internal state or condition (sometimes described as a need, desire, or want) that serves to activate or energize behaviour and give it direction). » Dörnyei (2001a, p. 8) y ajoute l’idée de choix et donc d’autonomie de l’apprenant en définissant la motivation comme « the direction and magnitude of human behaviour, that is the choice of a particular direction, the persistence with it, and the effort expended on it ». Ces définitions reposent donc principalement sur deux notions, celle d’état interne et celle de comportement qui, lui, est observable. C’est pourquoi les enseignants évaluent généralement la motivation de leurs élèves grâce à leur comportement et à leurs efforts pour apprendre la langue.

9Plus récemment, Raby (2008a, p. 2) a proposé une définition plus spécifique de la motivation pour l’apprentissage d’une langue étrangère en situation académique :

La motivation pour apprendre une langue étrangère en situation académique peut être définie comme un mécanisme psychologique qui génère le désir d’apprendre la langue seconde, qui déclenche des comportements d’apprentissage, notamment la prise de parole en classe de langue, qui permet à l’élève de maintenir son engagement à réaliser les tâches proposées, quel que soit le degré de réussite immédiate dans son interaction avec les autres élèves ou le professeur, qui le conduit à faire usage des instruments d’apprentissage mis à sa disposition (manuel, dictionnaire, tableau, cédéroms) et qui, une fois la tâche terminée, le pousse à renouveler son engagement dans le travail linguistique et culturel.

10Le concept de motivation a donné lieu à de nombreuses publications scientifiques depuis les années soixante, comme la théorie fondatrice de Gardner (1985a), reposant sur une approche psychosociale. Selon Gardner, la motivation pour apprendre une langue dépend de l’attitude de l’apprenant envers la culture et les locuteurs de cette langue. Cette perspective culturelle sur la motivation a été développée davantage dans le modèle socio-éducationnel d’acquisition d’une langue seconde de Gardner et MacIntyre (1993). Les deux principaux concepts associés au modèle de Gardner sont d’une part, l’orientation intégrative, qui est une disposition favorable envers le groupe de la langue cible et le désir d’interagir avec eux, voire de leur ressembler ; d’autre part, l’orientation instrumentale, représentant les gains potentiels et pragmatiques de la maitrise de la langue cible, comme trouver un meilleur emploi ou obtenir une augmentation de salaire. Gardner (1985b) a aussi élaboré un outil performant, se présentant sous la forme d’un questionnaire, appelé Attitude/Motivation Test Battery (AMTB), qui permet de mesurer de manière quantitative les différents aspects de la motivation des apprenants d’une langue seconde et de calculer différents indices : intégrativité, motivation, attitudes envers la situation d’apprentissage ainsi qu’un indice global de motivation, l’AMI (Attitude/Motivation Index). Masgoret et Gardner (2003) ont d’ailleurs démontré que ces indices étaient tous corrélés positivement aux performances en langue cible. Même si la théorie de Gardner a été développée pour la situation particulière de bilinguisme du Canada, où anglophones et francophones cohabitent et peuvent donc s’identifier les uns par rapport aux autres, elle peut être considérée comme pertinente pour l’apprentissage de la langue en milieu exolingue, car les récents progrès technologiques permettent aux apprenants d’anglais de mieux connaitre la culture et les valeurs des locuteurs natifs, grâce au cinéma ou à la musique par exemple (Raby, 2008a) et de pouvoir communiquer avec eux grâce à Internet. L’AMTB a été utilisé dans notre étude afin de mesurer, quantitativement, les variations de la motivation des apprenants suite à la cyberquête.

11D’autres chercheurs ont opté pour une approche cognitive de la motivation, reposant principalement sur des recherches s’inspirant du modèle d’auto-détermination de Deci et Ryan (1985) qui font la distinction entre motivation intrinsèque et motivation extrinsèque. Ainsi, Brown (1994) a insisté sur la nécessité de favoriser la motivation intrinsèque en classe de langue. Noels (2001), pour sa part, a montré que plus l’enseignant encourageait l’autonomie de l’apprenant, plus celui-ci était intrinsèquement motivé. Par ailleurs, Schumann a élaboré un modèle différent qui décrit la qualité de l’expérience d’apprentissage, telle qu’elle est perçue par l’apprenant. Schumann suggère cinq dimensions selon lesquelles les stimuli sont évalués : « la nouveauté, le plaisir, l’importance de l’objectif à atteindre, la capacité à effectuer l’activité, l’image de soi et sociale » (1997, p. 36). Ces cinq critères ont été utilisés dans cette recherche, en triangulation avec l’AMTB, afin d’étudier les attitudes des participants envers la cyberquête effectuée.

  • 1 Évaluation de cyber-scénarios collaboratifs pour l’apprentissage d’une langue étrangère.

12Plus récemment, la motivation a été représentée comme un processus et non comme un état statique ; ainsi Dörnyei et Ottó (1998) expliquent que la motivation est un état émotionnel ou mental dynamique et instable. Dörnyei (2001b) en a tiré un modèle basé sur quatre dimensions, selon lesquelles il faut d’abord créer les conditions basiques de la motivation, puis générer la motivation initiale des apprenants, maintenir cette motivation, et enfin encourager l’autoévaluation rétrospective positive. Ce modèle, particulièrement bien adapté à l’étude de la motivation par la tâche (Dörnyei, 2003a), a servi de base à Raby, dans certains de ses travaux sur la plus-value motivationnelle des TICE, lors d’une cyberquête (dans le projet ESCALE1 [Raby, 2008b]) ou dans un dispositif d’apprentissage autonome (Raby, 2007). Raby (2007) est d’ailleurs la seule à avoir étudié les caractéristiques motivationnelles de l’ordinateur en tant qu’outil et à proposer un modèle de la motivation dans un environnement numérique.

Méthodologie

Démarche pédagogique

13L’étude a porté sur 29 étudiants en troisième année universitaire dans un institut supérieur de gestion, à l’Université de Gabès, en Tunisie. Ces étudiants avaient deux séances d’une heure trente d’anglais par semaine : l’une en classe traditionnelle, l’autre en laboratoire.

14La séance étudiée consistait, pour les étudiants, à effectuer une cyberquête (voir figure 1) ayant pour thème la nétiquette, terme créé à partir de la contraction de « internet » et « étiquette », qui représente l’ensemble des règles déontologiques de bonne conduite et de politesse communément recommandées aux utilisateurs d’Internet. Les apprenants devaient visiter trois pages web et trouver les informations nécessaires pour dire si les affirmations proposées par l’enseignante étaient vraies ou fausses et pour répondre à des questions. Cette séance faisait partie d’un scénario d’apprentissage comprenant, entre autres, la semaine suivante, une activité de production écrite authentique, lors de laquelle les apprenants étaient invités à écrire et à envoyer un courrier électronique à des entreprises sélectionnées par l’enseignante, pour obtenir des informations sur tel ou tel produit choisi par l’apprenant lui-même, sur le site web d’une de ces entreprises. Les compétences visées étaient donc principalement la compréhension et l’expression écrite. Des compétences transversales de maitrise des nouvelles technologies étaient également en jeu, telles que la recherche d’information sur Internet et la rédaction de messages email, respectant les règles de netiquette découvertes lors de la cyberquête. Nous verrons que ces compétences ont revêtu une importance toute particulière auprès du public visé.

Fig. 1. – La cyberquête telle qu’elle était proposée aux étudiants.

Fig. 1. – La cyberquête telle qu’elle était proposée aux étudiants.

Méthodologie de recherche

15Le but de cette recherche était donc de confirmer l’impression des enseignants selon laquelle les étudiants effectuant une cyberquête voient leur motivation pour l’apprentissage de la langue cible augmenter et de comprendre ce phénomène.

16Comme préconisé par Dörnyei (2003b) et Raby (2007), nous avons adopté une approche mixte, bien que principalement quantitative, avec des questionnaires basés sur deux modèles motivationnels, celui de Gardner (1985) d’une part et de Schumann (1997) de l’autre, mais aussi qualitative grâce à des questions ouvertes sur la perception de la cyberquête par les apprenants.

17Nous avons donc eu recours à deux types de triangulation, parmi les quatre décrits par Raby (2008b). D’abord nous avons utilisé la triangulation de deux théories sur la motivation, celles de Gardner et de Schumann, afin de mieux comprendre l’influence de la cyberquête sur les différents aspects de la motivation. Nous avons aussi employé la triangulation des données, avec l’utilisation de questions à échelle de Likert et de questions ouvertes afin d’obtenir une vision plus précise de l’attitude des apprenants envers l’activité médiatisée.

18Deux instruments de recherche ont été utilisés, avant et après l’activité médiatisée :
• avant la cyberquête : un premier questionnaire consistant en une version modifiée de l’AMTB de Gardner (1985b), afin de mesurer, de manière quantitative, la motivation initiale des participants ;
• après la cyberquête : un deuxième questionnaire divisé en trois parties :

  • une évaluation de l’activité à l’aide d’une question ouverte,

  • une version simplifiée de l’AMTB de Gardner (1985) afin de mesurer les variations des différentes composantes de la motivation des participants après cette cyberquête,

  • un questionnaire basé sur le modèle neurobiologique de Schumann (1997) pour analyser, quantitativement, les attitudes des participants envers l’activité médiatisée, puisque celle-ci peut être considérée comme un stimulus environnemental.

19Les données quantitatives obtenues ont été analysées de plusieurs façons :

  • les données obtenues grâce au questionnaire basé sur le modèle de Schumann ont permis d’en savoir plus sur la façon dont l’activité a été perçue par les apprenants ;

  • les scores obtenus grâce à l’AMTB de Gardner après la cyberquête ont été comparés à ceux obtenus avec le même instrument avant l’activité pour étudier les variations de la motivation ;

  • les deux types de données ci-dessus ont été corrélés afin de tenter de mieux cerner les liens entre motivation et attitudes des apprenants envers la cyberquête.

Résultats

20Le questionnaire basé sur le modèle neurobiologique de Schumann (1997) a permis d’obtenir des scores mesurant, de manière quantitative, les différentes attitudes des apprenants envers les activités relatives à la cyberquête. Ces scores, présentés en figure 2, étaient particulièrement élevés, allant de 4,39 à 5,70 (sachant que le maximum était de 6 et le score neutre de 3,5). L’indice le plus élevé, avec un score de 5,7 était celui que Schumann (1997) appelle image de soi et sociale, ce qui montre que les étudiants considéraient qu’acquérir les compétences nécessaires à l’utilisation d’Internet améliorait leur image, que ce soit au niveau personnel ou social.

Fig. 2. – Indicateurs d’attitudes envers les activités médiatisées (maximum = 6, neutre = 3,5).

Fig. 2. – Indicateurs d’attitudes envers les activités médiatisées (maximum = 6, neutre = 3,5).

21Tous les étudiants ont déclaré avoir aimé la cyberquête. La raison donnée le plus fréquemment (voir figure 3) était que ces activités constituaient une occasion pour eux d’apprendre à mieux utiliser Internet. En fait, c’était même la toute première fois pour l’un des participants. Cette raison a été renforcée par le fait que les apprenants considéraient que les activités médiatisées leur permettaient aussi d’améliorer leurs compétences informatiques en général. Puisque le cours d’anglais était la seule opportunité pour certains de travailler sur ordinateur et de naviguer sur Internet, ils ont apprécié le fait de pouvoir améliorer leurs compétences de cette façon. Cinq étudiants ont fait remarquer qu’ayant appris à écrire des courriers électroniques, ils espéraient maintenant entrer en contact avec des anglophones. Quatre participants ont aussi aimé pouvoir travailler en collaboration avec un camarade pour accomplir les tâches demandées.

Fig. 3. – Raisons données par les apprenants pour avoir apprécié la cyberquête.

Catégories

Raisons :

Ces activités…

Pourcentage des réponses

Importance de l’objectif à atteindre (compétences Internet)

leur ont permis de savoir mieux utiliser Internet.

30,59

Image personnelle ou sociale

leur ont permis d’améliorer leurs connaissances et compétences dans des domaines qu’ils considèrent comme essentiels aujourd’hui (navigation Internet, maitrise de l’anglais).

12,94

Plaisir

étaient agréables.

12,94

Importance de l’objectif à atteindre (compétences linguistiques)

leur ont permis d’améliorer leur anglais.

9,42

Importance de l’objectif à atteindre (compétences professionnelles)

leur ont permis de se préparer à leurs futurs emplois ou études.

9,42

Importance de l’objectif à atteindre (compétences informatiques)

leur ont permis d’améliorer leurs compétences informatiques.

8,23

Orientation intégrative

leur permettront peut-être de se faire de nouveaux amis sur Internet.

5,88

Collaboration

leur ont permis de travailler en collaboration avec leurs camarades de classe.

4,70

Capacité à effectuer les activités

leur ont paru faciles.

3,53

Nouveauté

étaient différentes des activités habituelles.

2,35

   

22La moyenne des indices globaux de l’AMTB mesurant la motivation des participants pour apprendre l’anglais a augmenté de 7,70 %. Les variations les plus importantes des composantes motivationnelles relevées (voir figure 4) ont montré que les étudiants avaient beaucoup apprécié cette activité puisque le score d’évaluation de celle-ci a augmenté de 17,18 %. Par ailleurs, leur anxiété en classe d’anglais et leur évaluation de la difficulté de l’apprentissage ont diminué respectivement de 15,22 % et 13,98 %. Après cette cyberquête, les participants ont vu leur désir d’apprendre l’anglais s’accroitre de 8,33 % et leur intensité motivationnelle de 7,85 %, montrant qu’ils étaient prêts à faire plus d’efforts pour apprendre l’anglais. L’orientation instrumentale a subi une augmentation de 7,25 %, corroborée par le fait que les participants ont expliqué que cette activité leur avait permis d’améliorer leur image sociale et leur confiance en soi, en acquérant des compétences à la fois professionnelles et informatiques.

Fig. 4. – Évolution des indices de l’AMI après la cyberquête.

Fig. 4. – Évolution des indices de l’AMI après la cyberquête.

23Les corrélations entre les indicateurs d’attitudes envers les activités médiatisées et les indices de l’AMI ont été calculées et il s’est avéré que l’indice le plus souvent corrélé était celui ayant trait à l’acquisition des compétences professionnelles. L’étude des corrélations a aussi montré que les participants ont apprécié cette cyberquête parce qu’elle leur permettait d’améliorer leur image grâce à de meilleures compétences informatiques.

Discussion

24Cette étude montre que le fait d’effectuer cette cyberquête a rendu ces apprenants plus motivés pour apprendre l’anglais de façon générale puisque leur score global de l’AMTB a augmenté. On remarque en particulier que, suite à cette cyberquête, ils ont exprimé une envie plus forte d’apprendre l’anglais et ont trouvé le cours plus intéressant qu’auparavant. Par ailleurs, l’augmentation de l’indice d’intensité motivationnelle indique qu’ils sont clairement prêts à faire plus d’efforts, ce qui augure d’une amélioration substantielle des compétences linguistiques (Lantolf et Genung, 2000). Ceci peut s’expliquer par l’attitude très positive des apprenants envers cette activité, qu’ils ont trouvée plus facile que les activités de compréhension écrite basées sur des documents imprimés non-authentiques qu’ils réalisent traditionnellement en classe. Ils étaient donc moins anxieux puisqu’ils ne se sentaient pas en situation d’échec, bien au contraire. Ceci s’est également traduit par le plaisir que les apprenants ont ressenti lors de cette activité et dont ils ont explicité les raisons dans les questionnaires. Cette cyberquête a donc eu un effet positif sur la motivation intrinsèque des apprenants, puisqu’elle a induit chez eux une satisfaction et un plaisir inhérents à la réalisation de l’activité elle-même, qui a dû leur procurer un sentiment de compétence causé par la facilité perçue de cette tâche.

25Confortant les résultats du projet ESCALE (Raby, 2008b), il s’avère aussi que ce type d’activité médiatisée peut contribuer à améliorer l’image que les participants ont d’eux-mêmes grâce aux compétences linguistiques mais aussi professionnelles et informatiques acquises. C’est l’orientation instrumentale qui est donc concernée ici, puisque que les apprenants estiment que la cyberquête leur permet d’augmenter leur employabilité de deux façons : en améliorant leur niveau d’anglais des affaires et en leur permettant de perfectionner leurs connaissances de l’outil informatique et d’Internet, qu’ils seront amenés à utiliser dans leur future carrière. Ceci montre que les étudiants sont extrêmement préoccupés par leur avenir professionnel et qu’ayant le sentiment que cette cyberquête les prépare bien à leur futur emploi, ils se sentent plus motivés pour ce type d’activité.

26Ces deux facteurs motivationnels (baisse de l’anxiété et orientation instrumentale) proviennent essentiellement du fait que la tâche était particulièrement bien adaptée au public car elle a correspondu à leurs attentes professionnelles par l’angle instrumental et indirectement linguistique.

27Cette cyberquête a donc constitué, pour les apprenants, une plus-value certaine, qui se reflète à différents niveaux. D’abord, l’étude des attitudes des apprenants vis-à-vis des activités médiatisées proposées montre qu’ils les ont aimées à l’unanimité, pour les raisons déjà évoquées précédemment. Ceci s’est ensuite répercuté au niveau de l’évaluation du cours d’anglais, dont l’indice a augmenté de 17,18 %. Finalement, cela a eu un impact positif plus général sur la motivation des apprenants et leur envie d’apprendre l’anglais.

Conclusion

28Les gains motivationnels de l’utilisation d’une cyberquête pour l’apprentissage de l’anglais de spécialité ne se rapportent donc pas seulement à l’apprentissage d’une langue, mais aussi à la construction de compétences transversales relatives à l’utilisation de l’ordinateur et d’Internet. Dans le cadre de notre étude, la cyberquête s’est avérée être une tâche particulièrement bien adaptée aux besoins spécifiques des apprenants car elle combinait plusieurs facteurs motivationnels. D’une part, la cyberquête a été perçue comme plus facile et moins anxiogène que les activités traditionnelles par les apprenants. D’autre part, elle leur a permis, à leur grande satisfaction, de mieux maitriser les nouvelles technologies. Or, l’acquisition de ces compétences transversales peut jouer un rôle primordial puisqu’elle contribue à l’amélioration de l’image que les apprenants ont d’eux-mêmes, tout en améliorant leur employabilité.

29Il semble donc qu’on assiste ici à un transfert de motivation, dont le pivot est la cyberquête, que les apprenants ont trouvée motivante, car elle leur a permis de satisfaire les dimensions extrinsèques de leur motivation, en les aidant à mieux savoir utiliser les outils informatiques. La motivation pour cette tâche est ensuite devenue, par ricochet, une motivation pour le cours de langue et pour l’apprentissage de la langue lui-même en provoquant une augmentation de la motivation intrinsèque des apprenants à travers un renforcement de leur désir d’apprendre l’anglais. Il apparait donc qu’il pourrait être bénéfique d’inclure, dans les activités médiatisées proposées, des applications informatiques que les étudiants ne maitrisent pas totalement, dans le but de les utiliser comme catalyseurs pour améliorer leur motivation pour l’apprentissage de l’anglais, à travers l’acquisition de compétences transversales.

30Par ailleurs, cette recherche est à mettre en perspective avec les travaux de Raby (2008b) pour le projet ESCALE, qui a aussi étudié les modalités de travail des apprenants, au cours de la réalisation de la cyberquête, afin d’en décrire l’impact motivationnel, en tant que processus dynamique composé de trois phases (avant, pendant et après l’activité). Il serait d’ailleurs souhaitable que la motivation des apprenants utilisant des activités médiatisées soit mesurée de façon plus systématique, puisqu’elle fait partie des critères impliqués dans l’évaluation d’un document électronique pour l’apprentissage (Tricot, 2007). Ainsi, afin de mieux situer l’apport motivationnel spécifique de la cyberquête, il serait intéressant de le comparer à celui d’autres activités médiatisées, comme par exemple celles qui faisaient partie du même dispositif d’apprentissage que la cyberquête étudiée (compréhension écrite médiatisée, email, exposé avec diaporama). En effet, on peut postuler que cet effet de motivation concomitante n’est pas uniquement lié à la médiatisation de la tâche : toute autre tâche motivante pourrait engendrer un gain motivationnel. Toutefois, il semble qu’ici l’utilisation des TICE faisait partie intégrante de la motivation instrumentale, et c’est donc bien la médiatisation qui a permis ces gains motivationnels successifs. Il serait également intéressant de comparer le gain en motivation entre plusieurs cyberquêtes afin de mesurer plus précisément si c’est le format « cyberquête » en général qui est facteur de motivation ou la thématique de celle-ci.

31Divers facteurs peuvent avoir un impact sur la motivation. La compréhension de certains demande encore à être approfondie, mais les quelques éléments de réponse apportés dans cet article permettent de mieux en comprendre la complexité et les liens de cause à effet.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Brown H. D. (1994) : Teaching by principles, Englewood Cliffs, Prentice Hall.

Bruner J. (1990) : Acts of meaning, Cambridge, Harvard University Press.

Conseil de l’Europe (2001) : Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.

Dodge B. (1995) : « Some Thoughts About WebQuests » [en ligne], The Webquest page, site de l’Université de San Diego, disponible sur <http://webquest.sdsu.edu/about_webquests.html> [consulté en mars 2008].

Deci E. F. et Ryan R. M. (1985) : Intrinsic motivation and self-determination in human behaviour, New York, Plenum.

Dörnyei Z. (2001a) : Teaching and researching motivation, Harlow, Pearson Education Limited.

Dörnyei Z. (2001b) : Motivational strategies in the language classroom, Cambridge, Cambridge University Press.

Dörnyei Z. (2003a) : « Attitudes, orientations, and motivations in language learning: Advances in theory, research, and applications », dans Z. Dörnyei (éd.), Attitudes, orientations and motivations in language learning, Oxford, Blackwell, p. 3-32.

Dörnyei Z (2003b) : Questionnaires in second language research, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates.

Dörnyei Z. (2005) : The psychology of the language learner, Mahwah, Lawrence Erlbaum Associates.

Dörnyei Z. et Ottó I. (1998) : « Motivation in action: A process model of L2 motivation », Working Papers in Applied Linguistic, vol. 4, p. 43-69.

Egbert J. (2005) : CALL essentials, principles and practice in CALL classrooms, Alexandria, Virginia, TESOL Publications.

Gardner R. C. (1985a) : Social psychology and second language learning: The role of attitudes and motivation, Londres, Edward Arnold.

Gardner R. C. (1985b) : « The attitude/motivation test battery: technical report », disponible sur <http://publish.uwo.ca/~gardner/AMTBmanualforwebpage.pdf> [consulté en mars 2008].

Gardner R. C. et MacIntyre P. D. (1993): « A student’s contributions to second language learning. Part II: Affective variables », Language Teaching, vol. 26, p. 1-11.

Guichon N. (2006) : Langues et TICE, méthodologie de conception multimédia, Paris, Ophrys.

Huitt W. (2001) : « Motivation to learn: An overview » [en ligne], Educational Psychology Interactive, Valdosta, Valdosta State University, disponible sur <http://chiron.valdosta.edu/whuitt/col/motivation/motivate.html> [consulté en juillet 2008].

Lantolf J. P. et Genung P. B. (2000) : « L’acquisition scolaire d’une langue étrangère vue dans la perspective de la théorie de l’activité : une étude de cas » [en ligne], AILE (Acquisition et interaction en langue étrangère), no 12, disponible sur <http://aile.revues.org/document280.html> [consulté en mars 2009].

Lozinguez-Ben Gayed L. (2007) : The effects of computer-assisted language learning on the motivation of Tunisian learners of English for specific purposes, mémoire de mastère non publié, Université de Sfax, Tunisie.

Masgoret A.-M. et Gardner R. C. (2003) : « Attitudes, motivation, and second-language learning: a meta-analysis of studies conducted by Gardner and Associates », Language Learning, vol. 53, p. 123-163.

Mangenot F. et Louveau E. (2006) : Internet et la classe de langue, Paris, CLE International.

Narcy-Combes J.-P. (2005) : Didactique des langues et TIC : vers une recherche-action responsable, Paris, Ophrys.

Noels K. A. (2001) : « Learning Spanish as a second language: Learners’ orientations and perceptions of their teachers’ communications style », Language Learning, vol. 51, p. 107-144.

Nunan D. (1989) : Designing Tasks for the Communicative Classroom, Cambridge, Cambridge University Press.

Raby F. (2007) : « A triangular approach to motivation in Computer Assisted Autonomous Language Learning (CAALL) », Recall, vol. 19, no 2, p. 181-201.

Raby F. (2008a) : « Comprendre la motivation en LV2 : quelques repères venus d’ici et d’ailleurs » [en ligne], Les Langues Modernes, no 3, version longue disponible en ligne (accès réservé adhérents APLV) sur <http://www.aplv-languesmodernes.org/IMG/pdf/3-2008__art_Raby_VERSIONSITE.pdf> [consultation en mars 2009].

Raby F. (éd.) (2008b) : « ESCALE : Évaluation d’un scénario collaboratif pour l’apprentissage d’une langue étrangère » [en ligne], Laboratoire des sciences de l’éducation et LIDILEM de Grenoble, rapport de recherche en ligne, disponible sur <http://www.grenoble.iufm.fr/fraby/programmes%20de%20recherche.htm> [consulté en mars 2009].

Schumann J. H. (1997) : The neurobiology of affect in language, Oxford, Blackwell.

Tricot A. (2007) : Apprentissage et documents numériques, Paris, Belin.

Haut de page

Notes

1 Évaluation de cyber-scénarios collaboratifs pour l’apprentissage d’une langue étrangère.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – La cyberquête telle qu’elle était proposée aux étudiants.
URL http://lidil.revues.org/docannexe/image/2933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Fig. 2. – Indicateurs d’attitudes envers les activités médiatisées (maximum = 6, neutre = 3,5).
URL http://lidil.revues.org/docannexe/image/2933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Fig. 4. – Évolution des indices de l’AMI après la cyberquête.
URL http://lidil.revues.org/docannexe/image/2933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lydie Lozinguez-Ben Gayed et Annick Rivens Mompean, « L’impact d’une cyberquête sur la motivation d’apprenants en anglais de spécialité », Lidil, 40 | 2009, 89-104.

Référence électronique

Lydie Lozinguez-Ben Gayed et Annick Rivens Mompean, « L’impact d’une cyberquête sur la motivation d’apprenants en anglais de spécialité », Lidil [En ligne], 40 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://lidil.revues.org/2933

Haut de page

Auteurs

Lydie Lozinguez-Ben Gayed

UMR STL 8163, Université Lille 3

Annick Rivens Mompean

UMR STL 8163, Université Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org