Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Notes de lecture

Laurence Meurant et Marie Zegers de Beyl (éds), Dans les coulisses d’un enseignement bilingue (langue des signes – français) à Namur, Presses universitaires de Namur, 2009.

Marielle Rispail
p. 185-186

Texte intégral

1Dans les coulisses d’un enseignement bilingue (langue des signes – français) à Namur est un livre rare, tant nos représentations sont fortes et tenaces. Bilingue ? oui, car adressé à des maitres et enfants parlants ET à des maitres et enfants signants. Signant car utilisant la langue des signes. Bilingue ? oui, car c’est un ouvrage sous forme d’un livre et de sa traduction en 3 DVD. Dès la préface, écrite en français et en LSF, Marie-Thérèse Lhuilier explique qu’elle utilisait en famille et avec ses amis la LSF, langue interdite à l’école ; et elle déplore « l’oralisme imposé aux enfants sourds », qui loin d’aider à la communication, fait barrière entre les professeurs entendants et les enfants sourds. Car « il y a les signes et il y a les mots », dit-elle. De leur côté, Claire de Halleux et Yvette Thoua retracent dans l’avant-propos l’aventure de la petite équipe, fondée en 2000, et devenue groupe de recherche en 2004, pour laquelle « il fallait un grain d’innocence »… Cette équipe a voulu respecter, à travers les « langues gestuelles » trouvées-créées par la communauté sourde, deux principes de base : « d’une part, l’universalité de l’humain, autrement dit en quoi les Sourds sont semblables aux Entendants, d’autre part la spécificité sourde, en quoi les Sourds sont différents ». C’est ainsi un vrai ouvrage de réflexion que l’équipe de l’université de Namur, unique en Belgique, offre comme une passerelle aux communautés sourde et entendante : il s’agit d’une invite à une rencontre interculturelle, sous l’angle de l’enseignement et de la recherche.

2On y trouve d’abord la construction de séances didactiques commentées qui s’attaquent à de vrais obstacles langagiers : la transmission de comptines, poèmes et contes, autrement dit de la fonction poétique du langage. Comment s’y prendre pour faire apprécier l’humour des « mots tordus » à des enfants sourds ? ou la douceur d’une berceuse ? Il y faut des phases de traduction préparée, qui font passer des sons aux gestes pour pouvoir aborder le texte en français ; on passe donc d’une langue à l’autre, en essayant de rester au plus près des rimes, du rythme et de la mélodie par exemple. Le chemin est plein d’embûches et passionnant. Les textes suivants s’attaquent à la question du lexique, et particulièrement du lexique abstrait, en mathématiques par exemple : comment traduire « unité » ou « dizaine » ? On y voit comment se débarrasser des « calques du français » est la seule façon féconde d’enrichir la LSF pour en faire une vraie langue scolaire, vivante et efficace. Enfin les auteurs donnent la parole, dans une dernière section, à deux intervenants du groupe de recherche (une interprète et un Sourd) qui expliquent pour la première combien l’ont marquée la tolérance, l’esprit de découverte et la générosité de ce groupe, et pour le deuxième le bouleversement qu’a été pour lui la découverte, grâce au groupe, de la poésie.

3C’est à un travail linguistique et didactique de grande ampleur que s’est attelé le groupe de Namur, en liaison avec quelques classes bilingues LSF/français, conscient malgré tout d’être à contre-courant de la « politique dominante (qui) est de favoriser la langue orale et les implants cochléaires ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marielle Rispail, « Laurence Meurant et Marie Zegers de Beyl (éds), Dans les coulisses d’un enseignement bilingue (langue des signes – français) à Namur, Presses universitaires de Namur, 2009. », Lidil, 42 | 2010, 185-186.

Référence électronique

Marielle Rispail, « Laurence Meurant et Marie Zegers de Beyl (éds), Dans les coulisses d’un enseignement bilingue (langue des signes – français) à Namur, Presses universitaires de Namur, 2009. », Lidil [En ligne], 42 | 2010, mis en ligne le 31 mai 2012, consulté le 19 août 2017. URL : http://lidil.revues.org/3093

Haut de page

Auteur

Marielle Rispail

CEDICLEC, Université Jean Monnet – St-Étienne
LIDILEM, Université de Grenoble

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org