Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Notes de lecture

Mathieu Avanzi, Virginie Conti, Gilles Corminboeuf, Frédéric Gachet, Laure Anne Johnsen et Pascal Montchaud (dir.), Enseignement du français : les apports de la recherche en linguistique. Réflexions en l’honneur de Marie-José Béguelin

Bruxelles, Peter Lang, 2014, 174 p.
Sílvia Melo-Pfeifer
p. 241-243
Référence(s) :

Mathieu Avanzi, Virginie Conti, Gilles Corminboeuf, Frédéric Gachet, Laure Anne Johnsen et Pascal Montchaud (dir.), Enseignement du français : les apports de la recherche en linguistique. Réflexions en l’honneur de Marie-José Béguelin, Bruxelles, Peter Lang, 2014, 174 p.

Texte intégral

1Ce livre est un voyage dans le passé et, en même temps, un regard vers l’avenir, car nous sommes confrontés au besoin de (re)construire le dialogue interdisciplinaire entre la didactique des langues (DL) et la linguistique, dialogue si cher à M.-J. Béguelin, à qui cet ouvrage est dédié. Les études de Béguelin, recensées et reprises par les auteurs, rappellent la productivité qui peut émerger du dialogue entre ces deux champs disciplinaires et des apports mutuels qui pourraient les enrichir, par rétroaction simultanée.

2Le livre est composé de quatre sections, chacune faisant une synthèse des idées de Béguelin dans un domaine spécifique, tout en les actualisant. Elles éclairent le but de l’ouvrage : illustrer le traitement de la perspective de Béguelin sur « la linguistique appliquée à l’enseignement » (p. 12).

3La première section, intitulée « Les théories linguistiques à l’épreuve de la didactique des langues », est composée de sept chapitres. Bronckart rappelle la façon dont Béguelin envisageait le rapport entre les sciences du langage et l’enseignement du français, par rapport à la (co)existence de plusieurs théories linguistiques. Bulea reconstruit, à travers l’exégèse de l’ouvrage de Saussure, les pratiques didactiques de l’auteur. Delbart et Wilmet mettent en scène des tensions qui parcourent les champs linguistiques et didactiques, telles que le rapport aveugle à la norme et aux « servitudes grammaticales » (p. 64). Raemdonck parle de ses efforts de « didactisation de la linguistique » (p. 69) pour reformer le discours grammatical scolaire belge et L. de Saussure interroge l’indissociabilité forme-sens dans la conceptualisation de la phrase. À travers l’analyse de manuels scolaires, Bonhomme dresse un état des lieux de l’enseignement des figures du discours et propose son renouvellement didactique, en prônant une pédagogie de la découverte. Matthey interroge, de façon assez critique, le besoin de formation en linguistique pour les futurs enseignants de français, pour y répondre positivement, mais à condition que les notions de grammaire et de langue soient revisitées, hors le « paradigme acquis du structuralisme » (p. 126).

4La deuxième partie, « L’enseignement du français langue étrangère », comprend cinq chapitres et s’attarde sur des difficultés ou enjeux spécifiques de son enseignement. Kamber et Dubois, d’un côté, et Nowakowska, de l’autre, reprennent la linguistique contrastive, chère à Béguelin, pour mettre l’accent sur le verbe « aller » ou le « passé composé » et sur les difficultés qui en découlent pour les apprenants. Toujours dans une visée pédagogique, Jespersen et Zay parcourent quelques manuels scolaires pour dresser l’état de l’art sur les différentes conceptions du « résumé » et de son enseignement. La contribution de Jeanneret porte sur la place du texte littéraire dans la classe de FLE et sur l’usage d’instruments de médiation, tels que la traduction ou la réécriture simplifiée. Gajo pose ensuite un regard dialectique sur plurilinguisme et FLE, tout en démontrant que les deux domaines ne se contredisent pas, mais illustrent la complexité de toute situation de « contact ».

5La troisième partie, « La didactique de la grammaire », est composée de cinq chapitres qui interrogent la didactisation de la grammaire et le rapport de la DL aux descriptions normatives de la linguistique, thème toujours controversé. Charolles et Combettes dénoncent la « didactisation hâtive » de la grammaire et De Pietro réfléchit sur les apports de la linguistique à l’enseignement de la grammaire, rappelle quelques « dérives grammaticales » et défend le primat de la validité didactique sur toute terminologie. Revaz interroge la conformité des notions linguistiques quand elles sont empruntées par la DL et Willens met en lumière la valeur ajoutée par les descriptions linguistiques à l’enseignement-apprentissage d’une langue. Berrendonner, finalement, fait l’éloge de la norme (qu’elle appelle « la langue légitime », p. 286) et de son enseignement.

6La quatrième partie s’appelle « Autour des compétences de l’apprenant ». Tout au long des trois chapitres, le lecteur est confronté aux besoins langagiers des apprenants et aux différentes façons dont la DL et la linguistique observent et essayent d’y répondre : sur les plans interactionnel (Pekarek Doehler, Pochon-Berger et Stoenica), scriptural (Roubaud et Garcia-Debanc) et argumentatif, dans des relations asymétriques (Breux et Perret-Clermont), en langue seconde et maternelle.

7L’ouvrage se termine par deux contributions hors-thème (« Une théorie simple de la saillance » de Simone et une « Postface » de Fruyt) et par les notices biographiques des contributeurs. Qu’un recueil si diversifié de contributions et de perspectives (parfois opposées !) sur les axes thématiques précités ait été possible démontre bel et bien l’aspect innovateur et inspirateur de l’œuvre de Béguelin et sa vitalité actuelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sílvia Melo-Pfeifer, « Mathieu Avanzi, Virginie Conti, Gilles Corminboeuf, Frédéric Gachet, Laure Anne Johnsen et Pascal Montchaud (dir.), Enseignement du français : les apports de la recherche en linguistique. Réflexions en l’honneur de Marie-José Béguelin », Lidil, 51 | 2015, 241-243.

Référence électronique

Sílvia Melo-Pfeifer, « Mathieu Avanzi, Virginie Conti, Gilles Corminboeuf, Frédéric Gachet, Laure Anne Johnsen et Pascal Montchaud (dir.), Enseignement du français : les apports de la recherche en linguistique. Réflexions en l’honneur de Marie-José Béguelin », Lidil [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 28 avril 2017. URL : http://lidil.revues.org/3787

Haut de page

Auteur

Sílvia Melo-Pfeifer

Fakultät für Erziehungswissenschaft (EW4), Universität Hamburg

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org