Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Notes de lecture

Mariella Causa, Stéphanie Galligani et Monica Vlad (dir.), Formation et pratiques enseignantes en contextes pluriels

Riveneuve Éditions, coll. « Actes académiques, série Langues et perspectives didactiques », 2014, 413 p.
Nathalie Thamin
p. 245-247
Référence(s) :

Mariella Causa, Stéphanie Galligani et Monica Vlad (dir.), Formation et pratiques enseignantes en contextes pluriels, Riveneuve Éditions, coll. « Actes académiques, série Langues et perspectives didactiques », 2014, 413 p.

Texte intégral

  • 1 L. Cadet et M. Causa (2005), « Cultures éducative(s) et construction d’un répertoire didactique en (...)

1Formation et pratiques enseignantes en contextes pluriels est l’un des derniers ouvrages en date de la collection récente intitulée « Actes académiques, série Langues et perspectives didactiques » publié chez Riveneuve éditions. Il se centre sur les questions de formation et de pratiques professionnelles des enseignants de langues, inscrites dans des contextes d’enseignement/apprentissage et de formation diversifiés (pour adultes, initiale et continue, universitaires) et résolument marqués par la pluralité : pluralité des contextes sociolinguistiques (français, roumain, catalan, canadien…), des langues présentes dans le répertoire linguistique des enseignants et des apprenants, pluralité des méthodologies, des répertoires didactiques enseignants (Cadet et Causa, 2005, p. 1641) et des cultures éducatives.

  • 2 Méthodologie adoptée et développée par le groupe FICEL (Formation initiale et continue des enseigna (...)

2Pour les directrices de publications en effet, l’objectif essentiel des contributions vise à interroger la discipline « des langues » dans sa dynamique, en appréhendant les notions de changement, de besoins en formation et de contextes. La formation y est conçue comme « espace de construction de compétences et de pratiques enseignantes situées, de professionnalisation, mais aussi d’échanges et de participations collaboratifs au projet formatif » (Causa, Galligani et Vlad, introduction, p. 9). La dimension de co-construction des « valeurs et des pratiques de transmission et de prise en charge des langues et des cultures permettant aux (futurs) enseignants de s’adapter au changement, de répondre aux besoins de diversification et d’œuvrer en contextes pluriels » (p. 11) y prend une place fondamentale. Dans cette optique, les contributions proposent des réflexions d’ordres multiples (théoriques, didactiques, épistémologiques, méthodologiques) dont un certain nombre s’inscrit directement dans des recherches-actions-formations (RAF2) où l’implication des « formés partenaires engagés de la recherche » est partie intégrante de la formation et pratique enseignante et où les chercheurs s’engagent dans l’action formative.

3Les 24 contributions proposées en font un ouvrage dense qui s’organise en trois parties cohérentes autour des actes de professionnaliser (partie 1), d’éduquer au plurilinguisme et à l’interculturalité (partie 2), et enfin de développer la réflexivité (partie 3). Chacune d’elles est constituée de cinq à sept articles et complétée par une section de deux articles intitulée « en complément », dont le rôle est d’élargir les perspectives de réflexion liées au contexte contemporain nourrissant la didactique des langues. Y sont considérés les composantes, les enjeux et les défis de l’éducation plurilingue et interculturelle, l’importance des approches biographiques et des approches méthodologiques communicative et actionnelle en contextes plurilingues (Castelloti, Galligani, Simon…), la question des langues familiales (Goletto) et de leur articulation transversale avec les autres langues (de scolarisation, étrangères…) dans les enseignements linguistiques et disciplinaires (Cavalli, Forlot).

4La grande richesse de l’ouvrage est aussi de proposer des angles de vue variés et complémentaires sur l’objet traité : apport de la linguistique saussurienne à la didactique des langues (Bulea) ; apport des outils formatifs comme la notion de genre discursif, l’analyse du discours (Claudel), le texte de théâtre (Rollinat-Vasseur), l’approche grammaticale (Bruley), les outils biographiques ; réflexion sur les compétences professionnelles enseignantes trop rarement traitées par ailleurs comme la dimension éthique (Bretegnier) ou encore le développement personnel (Aguilar Río), mais aussi les savoirs enseignants (Causa) ; réflexions méthodologiques à partir de l’observation participante (Goletto), de la trame méthodique repère (Laurens), des Représentations Croyances Savoir (Cambra-Giné, Birello)…

  • 3 P. Perrenoud (2005), « Assumer une identité réflexive », Éducateur, no 2, p. 30-33.

5La notion de réflexivité, héritée des approches biographiques en sciences de l’éducation, est mise en relief dans le dernier chapitre. L’article introductif de Bretegnier propose une synthèse théorique très utile où la réflexivité est décrite comme macro-compétence dynamique (« savoir agir en contexte et en relation »), mais aussi comme posture, rapport au monde, au savoir, à la complexité (Perrenoud, 2005, p. 313, cité par Bretegnier, p. 275), impliquant une « démarche analytique contextualisée ». Elle est envisagée comme compétence inhérente au processus de professionnalisation des enseignants, qu’elle soit professionnelle/enseignante, éthique, grammaticale, linguistique.

6L’ensemble de l’ouvrage vise finalement à donner aux lecteurs avertis (étudiants, enseignants, enseignants-chercheurs, formateurs) des pistes pertinentes de réflexion pour œuvrer au développement de l’identité professionnelle enseignante.

Haut de page

Notes

1 L. Cadet et M. Causa (2005), « Cultures éducative(s) et construction d’un répertoire didactique en formation initiale », dans J.-C. Beacco, J.-L. Chiss, F. Cicurel et D. Véronique (dir.), Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues, Paris, PUF, p. 159-181.

2 Méthodologie adoptée et développée par le groupe FICEL (Formation initiale et continue des enseignants de langues) du laboratoire DILTEC (Didactique des langues, des textes et des cultures), EA 2288, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

3 P. Perrenoud (2005), « Assumer une identité réflexive », Éducateur, no 2, p. 30-33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Thamin, « Mariella Causa, Stéphanie Galligani et Monica Vlad (dir.), Formation et pratiques enseignantes en contextes pluriels », Lidil, 51 | 2015, 245-247.

Référence électronique

Nathalie Thamin, « Mariella Causa, Stéphanie Galligani et Monica Vlad (dir.), Formation et pratiques enseignantes en contextes pluriels », Lidil [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://lidil.revues.org/3792

Haut de page

Auteur

Nathalie Thamin

Université de Franche-Comté, Besançon

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org