Skip to navigation – Site map

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Notes de lecture

Claudine Moïse et Alina Opréa (dir.), Politesse et violence verbale détournée

Revue Semen, no 40, 2015
Nolwenn Bailly
p. 209-211
Bibliographical reference

Claudine Moïse et Alina Opréa (dir.), Politesse et violence verbale détournée, revue Semen, no 40, 2015

Full text

1Si plusieurs types de violences verbales ont déjà été définies (Moïse, 2011) d’un point de vue « bio-psycho-socio-politico-linguistique » (Moïse et coll., 2015, p. 10), c’est la violence verbale détournée qui fait l’objet de ce numéro de Semen. Cette forme de violence verbale est questionnée dans son rôle au cœur des interactions. Elle s’actualise dans des interactions consensuelles et coopératives feintes et ambigües à des fins de manipulation et de harcèlement (Moïse, 2013). En outre, et c’est ainsi d’ailleurs que s’intitule ce numéro, la violence verbale détournée met à l’épreuve le système de politesse (Brown & Levinson, 1987 ; Goffman, 1973 ; Kerbrat-Orecchioni, 1992) dans sa fonction pragmatique et perlocutoire. Les auteur-e-s se sont interrogés sur la façon dont politesse, impolitesse et violence verbale s’intriquent dans le discours. Politesse et violence verbale, bien que d’apparence antagoniste, entretiennent une relation de proximité comme en attestent de possibles formes hybrides à l’instar de l’analogie (Lucie Alexis & Jérôme Ravat). Toute interaction peut être comprise comme une « guerre froide » (Goffman, 1973) dans laquelle la coopération des participants demeure obligatoire. Honoré de Balzac (1836) ne disait-il pas que la politesse « est une grimace sociale qui se dément aussitôt que l’intérêt trop froissé montre le bout de l’oreille » ? User de violence verbale détournée lorsque l’intérêt du locuteur est froissé, lorsque sa face est menacée, est aussi et surtout un moyen d’exercer son pouvoir face à un tiers participant qui encourage de telles pratiques.

2Les médias, centre d’intérêt de ce numéro, sont donc le seul lieu mis en relief au cœur de ces articles, qui, lorsqu’ils mêlent spectacle et information, offrent aux locuteurs la possibilité de nuire à un adversaire tout en séduisant un auditoire. La violence est alors mise au service de la mise en scène (Olivier Turbide & Marty Laforest). À la marge toutefois du numéro, la contribution de Laurence Rosier et Pierre-Nicolas Schawb questionne les relations entre les entreprises et leur clientèle, souvent « loin de l’image d’Épinal qui veut que toute entreprise doit être à l’écoute de sa clientèle et la satisfaire » (p. 119). C’est la problématique des émotions, et, dans ce cadre, le « trop-plein » émotionnel relatif à l’individu qui est avancé comme cause de la violence verbale et, de fait, de l’éviction de la politesse permettant de maintenir le lien social. Si le traitement des émotions a surtout été l’apanage de la psychologie comportementale, son étude commence à intéresser les analystes du discours en tant qu’elles font sens dans une relation d’échange. Cette dimension pathémique a également retenu l’attention de Marie Reetz dans le discours « enjoué-amical-insolent » de Cyrille Eldin, chroniqueur humoriste. Toujours est-il que seuls les médias, à fortiori avec une composante politique, ont intéressé les auteur-e-s, dans l’optique d’examiner les procédés langagiers relatifs à la violence verbale détournée à l’image de « l’attaque courtoise » (Christina Romain & Béatrice Fracchiolla), où l’ironie et l’implicite sont des processus rhétoriques argumentatifs qui permettent au locuteur de tirer avantage de la situation. L’art de faire la cour, de séduire l’autre, en l’occurrence le tiers présent qu’est le public, est une forme de domination visant à satisfaire des intérêts particuliers. La victoire par KO verbal (Windisch, 1987) est alors possible sous forme d’une montée en tension « masquée », non fulgurante en apparence donc. L’apparence. Ce « non-totalement-dit » (Annabelle Seoane) institue au locuteur une forme de pouvoir en exerçant un contrôle sur l’autre, sans pour autant se voir affliger une « mauvaise » image. Là est la clé. La politesse garantit une « coexistence dans le dissensus » (Amossy, 2011) malgré, parfois, des ressentiments persistants (Geneviève Bernard-Barbeau).

3Si la violence verbale détournée semble être particulièrement l’apanage des médias en général, surtout lorsqu’une composante politique entre en jeu, on peut se questionner toutefois sur une plus large représentation de ce type de violence. Il nous semble en effet que la violence verbale détournée prend de l’ampleur au sein de nos sociétés occidentales où il est question de prendre le pouvoir sur l’autre sans qu’il y ait fulgurance. Les institutions françaises en sont un bon exemple. Un numéro supplémentaire à ce sujet viendrait compléter ces analyses très enrichissantes pour la sociolinguistique française.

Top of page

References

Bibliographical reference

Nolwenn Bailly, « Claudine Moïse et Alina Opréa (dir.), Politesse et violence verbale détournée », Lidil, 54 | 2016, 209-211.

Electronic reference

Nolwenn Bailly, « Claudine Moïse et Alina Opréa (dir.), Politesse et violence verbale détournée », Lidil [Online], 54 | 2016, Online since 01 January 2017, connection on 25 June 2017. URL : http://lidil.revues.org/4132

Top of page

About the author

Nolwenn Bailly

LIDILEM, Université Grenoble Alpes

Top of page

Copyright

© Lidil

Top of page
  • Revues.org