Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Notes de lecture

Jean-Claude Beacco (coord.), Guide de l’expertise des formations en français

Éditions des archives contemporaines, 2016, 144 p.
Catherine Carras
Référence(s) :

Jean-Claude Beacco (coord.), Guide de l’expertise des formations en français, Éditions des archives contemporaines, 2016, 144 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est l’un des résultats du projet « Dialogue d’expertise », développé par l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et l’Institut français (IF), avec le soutien du ministère des Affaires étrangères, et lancé en septembre 2013. Ce projet a pour but d’aider les départements d’études françaises et les centres universitaires de langue à rénover et à diversifier leur offre de formation pour mieux répondre à la demande sociale, renforcer leur attractivité et améliorer l’employabilité de leurs diplômés. Ce Guide de l’expertise qui en fait partie a pour objectif de fournir des conseils et outils pour expertiser les formations des départements d’études françaises et des sections de français dans les centres universitaires de langue.

2Un premier chapitre de cadrage propose de s’interroger sur les conditions, contraintes et processus permettant de piloter l’innovation. Il est ainsi conseillé de juger de l’opportunité du changement dans une structure éducative donnée, en soulignant la nécessité d’une approche véritablement systémique. Ce chapitre préconise des outils et démarches pertinents et garantissant le succès de l’accompagnement de l’innovation : vision stratégique, volontarisme local et développement endogène, auto-évaluation, etc.

3Ensuite, plusieurs domaines de formation sont abordés : tout d’abord, les formations destinées aux spécialistes de français. Ainsi, deux chapitres proposent des outils visant l’expertise des formations initiales d’enseignants de français. La démarche visée est celle d’une meilleure professionnalisation des futurs enseignants (en préconisant une véritable formation en didactique, et plus seulement en langue), mais aussi celle de l’adéquation entre l’offre de formation dispensée et la demande sociétale et institutionnelle, afin de répondre au mieux aux besoins de réformes curriculaires.

4Un chapitre est également consacré à l’analyse des contenus en littérature et civilisation proposés dans les formations de spécialistes de français. Ce chapitre souligne la nécessité de s’interroger sur le contexte multilingue et pluriculturel des pays dans lesquels cet enseignement prend place (le français y a-t-il un statut de langue seconde ? de langue d’enseignement ? de langue étrangère ?).

5Un autre chapitre s’attarde sur les formations en traduction et interprétation, et pose des questions fondamentales par rapport à la mise en place de ce type de formations : existe-t-il véritablement un marché de la traduction dans le pays ? Les contenus sont-ils véritablement professionnalisants ? Les enseignants ont-ils une pratique professionnelle de la traduction ? Enfin, un chapitre s’interroge sur les modalités de mise en place, au sein des départements de français, de cours de « français sur objectif spécifique ou universitaire », avec la finalité de diversifier les débouchés offerts aux étudiants. Ce chapitre insiste sur la nécessité d’une projection et d’une analyse fine du marché de l’emploi et du contexte géopolitique, afin de proposer des spécialisations adaptées.

6Un chapitre est consacré à l’enseignement du français aux étudiants spécialistes d’autres disciplines (LANSAD). Y est notamment souligné l’intérêt stratégique de ces formations dans les pays où le français n’est pas enseigné de manière significative dans le système d’enseignement. Véritables « réservoirs » de francophones et francophiles, ces formations ont souvent besoin d’être dynamisées, en particulier en proposant un enseignement du français adapté aux différentes filières de provenance des étudiants.

7Enfin, un chapitre décrit les différents dispositifs mis en place afin d’assurer une démarche qualité dans les centres universitaires de formations en langue. Ces centres ont aujourd’hui une mission affirmée au sein de la politique de relations internationales des universités, notamment au niveau de la mobilité entrante et sortante. Afin d’être à la hauteur de ces nouveaux enjeux, ces centres sont entrés dans une démarche qualité, rendue nécessaire à la fois par leur extrême diversité et par l’exigence de standards internationaux dans les domaines de l’éducation. Ce chapitre passe en revue les différents labels existants et livre une synthèse des paramètres à prendre en compte dans une démarche qualité appliquée aux centres de langue.

8Les auteurs des différents chapitres ont eux-mêmes eu à conduire des expertises dans les domaines de référence. Ils illustrent donc leurs propos par des cas réels et concrets de dispositifs de formation, et proposent des grilles d’analyse. En ce sens, cet ouvrage constitue un excellent outil pour tous les départements de français ou centres de langue qui souhaitent entrer dans une démarche d’auto-évaluation, ou qui s’interrogent sur la pertinence d’une rénovation curriculaire. La lecture de cet ouvrage fournit également, même si ce n’est pas son objectif principal, un panorama complet et intéressant de la diversité des dispositifs d’enseignement du et en français de par le monde, et de l’évolution de la demande de formation dans cette langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Carras, « Jean-Claude Beacco (coord.), Guide de l’expertise des formations en français », Lidil [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 02 mai 2017, consulté le 30 mai 2017. URL : http://lidil.revues.org/4232

Haut de page

Auteur

Catherine Carras

Université Grenoble Alpes, LIDILEM

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org