Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

À propos de Lidil

La revue Lidil présente les travaux des chercheurs sur la linguistique et la sociolinguistique, l’apprentissage et l’acquisition du langage, la didactique des langues, le traitement automatique des langues (TAL) et les technologies de l’information et de la communication pour l’éducation (TICE).

Ouverte aux collaborations interdisciplinaires, Lidil publie deux fois par an des numéros qui font l’objet d’appels à contributions et qui peuvent traiter une problématique précise ou bien embrasser une thématique beaucoup plus large. En outre, Lidil accueille désormais deux articles varia par numéro. Chaque projet de numéro est évalué par le comité de rédaction ; pour proposer un projet de numéro, contacter la direction scientifique, cf. rubrique contacts.

Tous les articles proposés pour une publication dans Lidil (thématiques ou varia) sont anonymés et leur publication est soumise à l’avis de deux experts évaluateurs, membres du comité de lecture.

Lidil est une revue pilotée par un comité de rédaction sous la responsabilité d’un directeur de publication et d’un rédacteur en chef. Elle est placée sous le contrôle scientifique d’un comité de lecture constitué de membres reconnus de la communauté scientifique française et étrangère.

Lidil parait deux fois par an (en juin et décembre) et publie des contributions majoritairement en français, mais aussi en anglais et en espagnol.

18 mois après leur parution dans la revue papier, les numéros sont disponibles en ligne sur le portail revues.org.

Dernier numéro en ligne
51 | 2015
Acquisition du langage et phonologie

Méthodes, objets, enjeux théoriques
Sous la direction de Damien Chabanal et Véronique Quanquin

Devant la diversité et la multiplicité des méthodes de recueil et de traitements des données, ce numéro de Lidil propose une réflexion sur les liens entre la construction et/ou l’utilisation d’outils méthodologiques par les chercheurs travaillant sur les domaines liés à l’acquisition phonologique et les options théoriques qui sous-tendent les choix méthodologiques. L’inventaire des théories phonologiques d’acquisition et des méthodes d’observation est bien documenté. Cet inventaire montre que chaque théorie est liée à une méthodologie spécifique ou, si plusieurs méthodes sont utilisées, qu’elles sont différentes l’une de l’autre. Par exemple, la question de l’influence de l’input sur l’acquisition phonologique peut être traitée avec des recueils d’inputs naturels ou artificiels. Ainsi, les questions peu posées encore à ce jour, concernent-elles le choix de la méthode appropriée à la théorie/modèle d’acquisition tout comme la question de la complémentarité des méthodes. L’objectif est donc à travers ce numéro, de proposer une réflexion sur les outils d’observation en croisant objet(s) d’étude lié(s) à l’acquisition de phénomènes phonologiques en langue maternelle, méthode(s) de recueil et de traitement de données et théorie(s) d’acquisition. Toutes les contributions rassemblent chacune un nombre important de données traitées statistiquement avec une grande rigueur, que ce soit pour caractériser l’environnement du sujet en cours de développement ou dans le cadre d’une situation d’expérimentation. Elles prouvent que le fil conducteur des recherches en acquisition phonologique repose sur des traitements quantitatifs quel que soit le modèle théorique.

  • Revues.org