Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Notes de lecture

Florimond Rakotonoelina (dir.), Perméabilité des frontières entre l’ordinaire et le spécialisé dans les genres et les discours, Les Carnets du Cediscor, no 12

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2014, 186 p.
Laura Hartwell
p. 215-217
Référence(s) :

Florimond Rakotonoelina (dir.), Perméabilité des frontières entre l’ordinaire et le spécialisé dans les genres et les discours, Les Carnets du Cediscor, no 12, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2014, 186 p.

Texte intégral

1S’appuyant sur deux décennies de travaux du Centre de recherche sur les discours ordinaires et spécialisés (CEDISCOR) autour des discours et des genres qualifiés comme « ordinaire » ou « spécialisé », ce numéro des Carnets du Cediscor approfondit ces deux notions, laissant une large place aux formes hybrides. Comme rappelé par F. Rakotonoelina dans l’avant-propos, les positions théoriques et méthodologiques qui traversent l’analyse de ces types de corpus ont connu un historique contrasté. L’analyse du discours spécialisé bénéficie d’une tradition forte. En contraste, le développement récent des technologies de la communication, ouvertes au grand public comme aux expert-e-s, a engendré des discours ordinaires, variés et hétérogènes. L’ouvrage présente six études rassemblées en trois parties et permettant de creuser les limites du spécialisé/ordinaire et leur hybridation, offrant ainsi de nouvelles interrogations.

2La première partie s’efforce de réfléchir à la production d’un discours hybride lors des rencontres entre des professionnels et leur public, en s’appuyant sur la notion du domaine et des acteurs pour cibler un discours spécialisé. L. Calabrese positionne les articles de journaux en ligne comme étant un discours spécialisé sans qu’il y ait forcement présence d’un langage spécialisé spécifique. Elle fait le constat que la pléthore de commentaires laissés par les internautes — dont des compléments d’information ou des réactions aux commentaires des autres internautes — oscille, sans tension, entre un discours spécialisé et non spécialisé. Décrivant un tout autre type de processus de négociation, É. Oursel retrace la spécialisation des propos lors de la rédaction de documents administratifs par un écrivain public. Cette étude de cas montre des méthodes de l’écrivaine, dont la négociation d’un objectif, qui permettent la production du document dans le discours adapté, mais aussi l’intégration du discours, à un certain degré, par l’usager.

3La deuxième section de l’ouvrage s’intéresse à la question des ambivalences discursives forgées dans un contexte de destinataires ordinaires/spécialisés. D’abord G. Cislaru analyse l’évolution des rapports des travailleurs sociaux de l’enfance à partir de la notion des contraintes contextuelles, linguistiques et cognitives. Contrairement aux écrits académiques scientifiques, le discours privé de la famille est institutionnalisé à travers des gestes d’écriture stabilisés par les professionnels. Elle s’interroge sur la conception d’une « spécialisation du discours », puisque de nombreuses contraintes de l’écriture s’appliquent aussi aux discours ordinaires. F. Rakotonoelina, à partir des philosophies de l’éducation (libérale, béhavioriste, progressive, humaniste, radicale), analyse un genre hybride : l’e-conférence écologiste non académique écrite. Les séquences descriptives et explicatives s’insèreraient à la fois dans les genres ordinaires et spécialisés, mais l’imbrication de séquences explicatives à l’intérieur d’un type descriptif demanderait une double interprétation et serait donc l’indice d’une spécialisation.

4La question de l’apprentissage est reprise dans la troisième section de l’ouvrage autour de la construction discursive, notamment académique. Après un rappel de la technologie discursive, D. Meunier et L. Rosier soulignent la construction d’une conscience normative rendue visible à travers le discours ordinaire d’étudiant-e-s non francophones en Belgique. Les outils de référence classiques semblent délaissés, laissant place dans l’imaginaire à trois prototypes : le professeur, détenteur de savoir, l’ethnotype parisien représentant la norme, et la variation sociolinguistique symbolisée par les Belges. Puis M. Causa insiste sur l’importance des notions de discours, de texte et de genre dans le contexte de l’enseignement d’une discipline non linguistique en L2. Elle prône une approche de didactique intégrée, demandant une « pédagogie de projet » qui vise une collaboration de l’équipe autour de l’amélioration des compétences linguistiques, disciplinaires et didactiques.

5L’ouvrage se termine avec une postface de S. Moirand, qui retrace brièvement l’historique du CEDISCOR, avant de tisser les liens entre les contributions de ce numéro. D’abord, l’hybridité discursive se manifeste lors des points de contact, via les technologies discursives et autres moyens, entre experts, professionnels et citoyens. Elle propose d’approfondir la notion de genre de discours, qui met en cause le concept d’une transmission purement linéaire de l’expert vers le non-expert. Ensuite, elle souligne l’importance de la visée pragmatique du discours. Elle conclut avec une série de questions qui promet d’autres recherches dynamiques autour de l’évolution de configurations discursives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Hartwell, « Florimond Rakotonoelina (dir.), Perméabilité des frontières entre l’ordinaire et le spécialisé dans les genres et les discours, Les Carnets du Cediscor, no 12 », Lidil, 50 | 2014, 215-217.

Référence électronique

Laura Hartwell, « Florimond Rakotonoelina (dir.), Perméabilité des frontières entre l’ordinaire et le spécialisé dans les genres et les discours, Les Carnets du Cediscor, no 12 », Lidil [En ligne], 50 | 2014, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://lidil.revues.org/3660

Haut de page

Auteur

Laura Hartwell

Université Grenoble Alpes, LIDILEM

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org