Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Articles

Pourquoi sombre-t-on dans le malheur ?

Étude de constructions verbales « V dans Némotion »
Céline Vaguer

Texte intégral

À Philippe,
pour les émotions
provoquées par son coup de cœur !

1Le choix d’un problème à résoudre, la manière de le poser et la délimitation des outils propres à permettre sa résolution dépendent de la théorie à laquelle on se réfère. La démarche que nous retenons se situe dans le cadre méthodologique initialement défini par Zellig Harris, dont les présupposés théoriques rejoignent ceux issus du Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure ; elle consiste en l’observation et la découverte des propriétés syntaxiques, distributionnelles et sémantiques des constituants retenus pour objet d’étude à partir en particulier, du postulat selon lequel la langue étant pure convention et n’ayant aucun lien naturel avec le monde, elle ne peut être décrite par référence à ce que les mots ou les énoncés sont susceptibles de désigner. Le sens, inaccessible à l’observation, ne peut être construit que par hypothèse à partir des indices formels – eux observables – fournis par la langue : morphologie, constructions, compatibilités et incompatibilités de co-occurrence. Selon cette optique, l’hypothèse est que, dans le cas de la complémentation verbale, la sélection par le verbe de tel type de complément n’est pas aléatoire et donc peut renseigner sur son identité sémantique aussi bien que celles de la préposition ou des noms qu’elle introduit. Il s’agit donc d’abord de constituer un corpus des verbes concernés – ici, ceux qui se construisent avec dans – et ensuite d’en donner une caractérisation syntaxique et distributionnelle que l’on tentera dans un troisième temps d’interpréter sur le plan sémantique. Nous nous situons donc dans la continuité des études de Danielle Leeman (1991, 1995), de Maurice Gross (1995) et d’Antoinette Balibar-Mrabti (1995) sur l’analyse des constructions verbales mettant en scène des noms de sentiment (Nsentiment).

2Notre principale difficulté a été de délimiter les noms qui ont trait aux émotions. Les études sur l’expression psychologique des « sentiments » visent à établir pour la plupart une typologie des verbes de sentiment (Bouchard, 1995 ; Leeman, 1991 ; Mathieu, 1995, 2000 ; Ruwet, 1972, 1993, 1994, 1995 ; Voorst, 1995) et d’émotion (Ruwet, 1994). L’étude des noms et adjectifs est plus récente, elle cherche à caractériser (syntaxiquement et sémantiquement), parmi les noms psychologiques, des sous-classes de noms telles que sentiment, attitude, émotion (Anscombre, 1995, 2003 ; Van de Velde, 1998 ; Flaux & Van de Velde, 2000) fondées bien souvent sur des bases intuitives et validées par des critères linguistiques. Du point de vue terminologique, certains auteurs ne distinguent pas sentiment, attitude, émotion et usent de ces notions comme si elles étaient synonymes (Bouchard, 1995). L’étude des noms dits d’émotion en tant que classe autonome n’a que peu été abordée : à notre connaissance, seules Nelly Flaux & Danièle Van de Velde proposent une distinction entre les sentiments et les émotions : « L’émotion a ceci de commun avec le sentiment qu’elle présente le sujet comme affecté, mais elle s’en distingue fortement en ce qu’elle n’a pas nécessairement d’objet, alors que le sentiment en a nécessairement un : si j’éprouve une grande compassion, c’est forcément pour quelqu’un » (2000 : 87). Nelly Flaux et Danièle Van de Velde ne donnent cependant pas de liste de noms triés selon leurs critères, si bien que le lecteur est obligé de la constituer lui-même sans savoir a priori si les critères en question sont effectivement appropriés. Pour la présente étude, nous sommes donc partie de la classe des noms étiquetés « émotion », sur des bases intuitives, par le Thésaurus Larousse de Daniel Péchoin (1992), d’où sont extraits ceux qui se prêtent aux critères définis par Nelly Flaux et Danièle Van de Velde1. À partir de cette liste, nous avons sélectionné dans Zephyr-V (base de données constituée pour rassembler le corpus des constructions verbales en dans), l’ensemble des occurrences contenant un de ces Némotion, soit une trentaine de phrases (cf. corpus en annexe) dont on proposera, dans un premier temps, une analyse syntaxique afin de distinguer entre GPargument et GPajout puisque nous nous intéressons à la complémentation verbale. Puis nous poursuivrons notre investigation par une analyse distributionnelle : en effet, on peut se demander pourquoi on peut dire nager dans le bonheur, dans la joie mais non *nager dans le désespoir, dans le chagrin alors que l’on a sombrer dans le désespoir mais non *sombrer dans le bonheur2. C’est par l’étude distributionnelle que nous allons pouvoir répondre à ces questions et avancer des hypothèses concernant d’une part l’identité de la préposition et d’autre part celle de son cotexte.

Dans Némotion », un constituant syntaxiquement obligatoire ?

3L’analyse syntaxique du corpus révèle que les constructions verbales « V dans Némotion » sont majoritairement (85 %) constituées de GParguments. Les arguments de verbe se définissent comme des compléments qui entretiennent avec le verbe d’étroites relations de solidarité : conditionnés par lui, ce sont des constituants essentiels qui complètent donc son sémantisme. Leur identification s’est faite principalement à l’aide des tests de suppression et de déplacements, dont nous avons montré (Vaguer, 2004a) qu’ils suffisent à établir la distinction entre GPargument et GPajout. Sémantiquement, on dira que le GPargument est un complément et que le GPajout est un modifieur.

4• Le critère de suppression met en évidence le caractère primordial d’un GPargument puisque son effacement affecte, normalement, la grammaticalité de la phrase – ce qu’illustre l’énoncé (1) – ce qui n’est pas le cas pour les GPajouts en (2) et (3).

(1) a. L’annonce de l’ouverture d’un centre pour sans-logis a plongé le quartier dans l’angoisse et la paranoïa.
b. *L’annonce de l’ouverture d’un centre pour sans-logis a plongé le quartier.

(2) a. Je pars dans la sérénité.

b. Je pars.

(3) a. D’autres n’arrêtent pas de pédaler dans « la joie et la bonne humeur ».
b. D’autres n’arrêtent pas de pédaler.

5Dans certains cas, la suppression du GP est syntaxiquement possible (l’énoncé reste grammatical) mais elle conduit à changer le sens du verbe. On est alors en présence là aussi d’un GPcomplément puisqu’il y a nécessité de maintenir le groupe prépositionnel sous-catégorisé pour rester dans le même emploi. Ainsi, la spécification dans sa douleur change l’interprétation du verbe qui a deux interprétations possibles : abêtir en (4b) a, au fond, un sens qu’on pourrait dire « propre », qui serait que quelqu’un qui s’abêtit devient effectivement bête, stupide, perd son intelligence ; s’abêtir en (4a) a un sens un peu différent, en quelque sorte métaphorique, allégé : le sujet ne devient pas stupide, il se referme sur lui-même et ne voit plus le reste du monde. Ce n’est pas un abêtissement au sens fort (perdre son intelligence) mais une comparaison implicite avec l’état (supposé) de gens qui sont effectivement « bêtes ». On peut donc conclure que la présence ici du GP amène à interpréter le verbe dans un sens différent de celui qu’il a, employé seul : le GP dans s’abêtir dans sa douleur s’analyse donc comme un GPcomplément. De même, en (5), on peut attribuer au verbe s’abîmer deux significations : (i) se détériorer (dans le sens de « la peau s’abîme au soleil ») ou (ii) tomber, disparaître (dans le sens de « l’avion s’abîme dans la mer »). Or en (5b), il ne peut signifier que (i) « se détériorer ». On en conclut que dans l’énoncé (5a) au sens (i), le GP est modifieur alors qu’en (5a) au sens (ii), le GP est complément. Nicolas Ruwet (1972 & 1994) avait déjà montré qu’il existe « une classe de verbes à emploi psychologique […] qui alternent entre une lecture « ordinaire » et une lecture psychologique » et qui est source d’ambiguïtés. L’analyse syntaxique lève cette ambiguïté puisque, quand une double lecture (aussi bien syntaxique que sémantique) de l’énoncé est possible, alors l’identification du GP comme ajout envisage une lecture du verbe dans son sens « propre », « ordinaire », alors que celle du GPargument vise plutôt le verbe dans son emploi psychologique (emploi que l’on qualifierait traditionnellement de « figuré »).

(4) a. J’ai peur que le grand homme ne finisse par s’abêtir dans sa douleur.
b. # J’ai peur que le grand homme ne finisse par s’abêtir.

(5) a. Je n’aime pas à voir une aussi belle nature que la vôtre s’abîmer dans le chagrin et le désœuvrement.
b. # Je n’aime pas à voir une aussi belle nature que la vôtre s’abîmer.

6Dans d’autres cas, il est difficile de déterminer si la suppression est possible (i.e. jusqu’à quel point on peut aller dans le changement de sens que cela apporte) : en (6a) « se figèrent dans la terreur » relate une action dotée d’un terme (on peut supposer que les gens se « défigeront » quand la terreur cessera), alors qu’en (6b) « se figèrent », sans complément, réfère à une attitude fixe. Cependant, intuitivement, l’action reste la même : le GP apporte la spécification d’une cause ou d’une durée mais sa suppression ne change pas l’identité du procès lui-même. Le GP s’identifie donc comme un modifieur : on n’est pas dans le cas d’une précision en quelque sorte déjà programmée par le sens du verbe, comme c’est le cas pour fumer (des cigares), mais dans le cas d’une précision annexe, périphérique comme dans fumer des cigares (à Cuba), ainsi qu’énoncé par Annie Delaveau (2001 : 60).

(6) a. Les gens se figèrent dans la terreur.
b. Les gens se figèrent.

7• Pour trancher en faveur de l’identification d’un GPcomplément dans les cas où le critère de suppression n’est pas révélateur, on a recours aux critères de déplacement (le détachement et les positions pré-V fini et post-V fini) : le GPargument, faisant partie du syntagme verbal, ne peut se trouver ni en position initiale [(7b) et (8b)], ni en positions pré-V fini [(9b)] et post-V fini3, positions réservées à l’ajout.

(7) a. Nous nageons dans la confusion la plus complète.
b. *Dans la confusion la plus complète, nous nageons.

(8) a. Votre arrivée l’a plongé dans l’embarras.
b. *Dans l’embarras, votre arrivée l’a plongé.

(9) a. Zef tombait dans une exaspération nerveuse.
b. * Zef dans une exaspération nerveuse tombait.

8• Une construction peut en cacher une autre…

9L’application des tests de suppression et de déplacements a permis l’identification de GParguments et de GPajouts mais leur repérage syntaxique n’a pu se faire sans avoir recours au sens à plusieurs reprises. C’est ainsi que nous avons pu montrer par une différence d’acceptabilité ou de sens lors des manipulations (transformations) que certaines structures à première vue analysables de la même manière en surface n’étaient pas si semblables qu’elles pouvaient en avoir l’air et qu’une autre analyse était alors possible : (4) et (5) recouvrent en fait deux énoncés selon que l’on considère ou non le GP supprimable. Ce type d’analyse nous permet d’avancer l’existence d’au moins deux types de constructions différentes pour les GPcompléments en dans : (i) d’une part, les constructions à verbes prédicatifs de type « V + GPcomplément », i.e. comportant un verbe à complément prépositionnel, le verbe sous-catégorisant la préposition dans (les GP sont ici les « vrais » compléments de verbe) ; (ii) d’autre part, les constructions nominales prédicatives où cette fois dans n’introduit pas un complément mais entre dans la construction même des variantes aspectuelles du verbe support (être dans), sorte d’auxiliaire du GN qui comporte un nom prédicatif4. Autrement dit, l’élément qui sélectionne les arguments en (10) L’enfant sombra dans le désespoir, ce n’est pas le verbe sombra mais le substantif désespoir, comme le montrent les contraintes distributionnelles (Le bateau L’affaire + *Le marin) a sombré vs (*Le bateau + *L’affaire Le marin) a sombré dans le désespoir, qui ne concernent que le rapport entre le sujet et désespoir et non celui entre le sujet et sombrer ; le même type d’analyse peut être opéré sur les énoncés (11) Luc se complaisait dans sa colère et (12) Elle est murée dans son orgueil (qui ne concernent pas des Némotion selon les critères retenus). Ces constructions se trouvent caractérisées, entre autres5, par le fait que le verbe support (Vsup) forme avec le nom prédicatif une périphrase plus ou moins synonyme du verbe simple : L’enfant sombra dans le désespoir traduit l’idée que « l’enfant se désespère » et Elle est murée dans son orgueil est plus ou moins synonyme de « elle s’enorgueillit ». On constate que les périphrases obtenues ne sont pas totalement équivalentes au verbe simple et que l’on perd des informations relatives à l’aspect (inchoatif, continuatif, etc.) et à la modalité (le haut degré d’investissement du sujet dans son activité) dénotées par les verbes sombrer dans et se murer dans. Notons que si l’équivalence sémantique est donnée comme l’un des tests permettant de mettre en relief des constructions nominales prédicatives, nous lui préférons celui de la complémentation du nom prédicatif : *Elle est murée dans l’orgueil de Léa, *L’enfant sombra dans le désespoir de Zéphyr qui met bien en évidence qu’un nom prédicatif n’admet pas de complément de nom en de Nhum.

10Conclusion. L’analyse syntaxique permet de mettre en évidence d’une part que, dans la plupart des emplois, les GPémotion introduits par dans sont des arguments (i.e. des GP sous-catégorisés par le verbe) qui sélectionnent/conditionnent l’emploi psychologique du verbe alors que les GPajouts ne peuvent en produire qu’une lecture dans son sens « propre », « ordinaire » ; d’autre part, que ces constructions verbales peuvent recevoir deux analyses selon que le Némotion est identifié comme un argument du verbe ou comme un nom prédicatif (nous laisserons de côté cette dernière analyse faute de place). Il reste donc à déterminer ce qui fait que tel verbe sélectionne tel type de nom et réciproquement. C’est ce que nous allons montrer infra par une identification distributionnelle et sémantique des GP et de leur cotexte (ce qui représente une vingtaine de verbes et une trentaine d’énoncés – cf. corpus en annexe).

Les noms dans la construction « V dans Némotion »

11L’approche distributionnelle permet de caractériser les noms et déterminants qui entrent dans le cotexte des constructions verbales qui constituent l’objet d’étude.

12• Les N0 renvoient de façon explicite ou implicite à un être humain (79 %) identifié comme tel par des noms propres (Lionel Jospin), des noms communs (le philosophe, l’enfant, les gens…)6, et des pronoms personnels. Mais ils peuvent aussi renvoyer à des noms « non animés » (21 %), des noms d’action (votre arrivée), des états (le désir, les remords, les souvenirs, cette proximité)7… qui ne sont pas sans rapport avec des propriétés/activités (mentales) de l’être humain. Cette classification semble ne rien révéler à première vue puisque, finalement, n’importe quel nom (animé ou non animé) peut apparaître en position sujet d’un verbe régissant ou non un complément en dans. Or, à y regarder de plus près, les GPmodifieurs entrent dans des constructions qui sollicitent essentiellement des Nhum alors que ce n’est pas le cas pour les GPcompléments. Le phénomène de double lecture (syntaxique et sémantique) formulé précédemment permet de l’expliquer. En effet, dans les énoncés à GPmodifieur, les relations argumentales ne s’opèrent qu’entre le verbe et son sujet (le GPmodifieur étant facultatif) et le verbe est perçu dans son sens « propre ». Or, les verbes qui se trouvent dans les constructions verbales de ce type semblent, de par leur sémantisme, ne sélectionner qu’un argument sujet strictement animé8 – comme le confirme la consultation du Lexis : figer : « [sujet nom d’être animé] S’immobiliser dans une attitude fixe, raide » ; naître : « [sujet nom d’être animé] venir au monde » ; partir : « [sujet nom d’être animé] Quitter un lieu » ; sombrer : « [sujet nom de pers./chose] S’enfoncer profondément jusqu’à se perdre, disparaître ». En revanche, dans les énoncés à GPcomplément, ce n’est plus sur le N0 que va s’opérer la relation argumentale (comme pour les modifieurs) mais davantage sur l’objet (le N1) et c’est pourquoi on trouve dans ce type de constructions des N0 aussi bien animés que non animés qui ne sont plus agents ou patients du procès mais qui renvoient plutôt au « siège de l’émotion » (l’experiencer en anglais), à l’élément affecté par l’émotion ainsi que le confirme Léon Clédat (1900 : 227) : « Le sujet, qui éprouve une émotion, n’en est pas l’agent véritable, mais le lieu ». Ce n’est alors plus l’emploi « propre » du verbe qui est sollicité mais son emploi psychologique, « figuré » (le GPcomplément favoriserait donc la lecture « figurée » du procès). Mais alors quel statut le verbe donne-t-il à son sujet ? Les verbes désignent des activités ou des accomplissements (i.e. renvoient à des procès dynamiques – cf. notre point 3 infra) et traduisent une valeur axiologique négative9, c’est-à-dire qu’ils véhiculent une dévalorisation du sujet, dénotent une situation où son référent (i) soit est ou est mis dans une mauvaise situation : s’abêtir, figer, murer, tomber… ; (ii) soit disparaît : s’abîmer, s’anéantir, se fondre, plonger, sombrer… Lorsque le verbe n’évoque pas par lui-même (a priori) un sort plus ou moins critique, il se peut que l’aspect négatif provienne des autres arguments (i.e. du cotexte) ; c’est alors la construction verbale dans son ensemble (V + GP) qui dénote cette valeur axiologique négative : baigner dans (la solitude), communier dans (la tristesse), confirmer dans (sa solitude), consister dans (la résignation), nager dans (la confusion), se retrouver dans (une même solitude), se sentir dans (une grande détresse), se soutenir dans (la même angoisse), se voir dans (la douleur), verser dans (l’insatisfaction + la nostalgie), vivre dans (la terreur)… Cela ne veut pas dire que dans comporte un sème « négatif », ce qui rencontrerait des contre-exemples (baigner dans la joie, nager dans le bonheur… n’apparaissent nullement péjoratifs ou dévalorisants), mais que l’identité de la préposition et sa sélection par certains verbes « prédisposent » à ce type d’emploi axiologiquement marqué, ce qui est confirmé par la proportion de tels exemples dans les énoncés attestés :

13– 86 % des emplois dénotent une valeur axiologique négative : baigner dans (la solitude), baisser dans (l’estime), communier dans (la tristesse), se complaire dans (sa colère, ses scrupules), s’emberlificoter dans (sa suffisance), se figer dans (l’angoisse), se murer dans (l’orgueil, la solitude), nager dans (la confusion), plonger dans (l’angoisse, l’embarras, la perplexité), s’abêtir dans (sa haine), s’abîmer dans (le chagrin, le désœuvrement), s’avilir dans (la misère), s’engluer dans (les soucis), sombrer dans (le désespoir), tomber dans (l’exaspération), vivre dans (la terreur)…

14– 14 % des emplois dénotent une valeur axiologique positive : baigner dans (la félicité, la joie), entrer dans (le désir), nager dans (le bonheur, la confiance), s’assoupir dans (la félicité)…

15• Le substantif qui se trouve dans le GP introduit par dans10 est noté N1. Il s’agit donc de Némotion que nous avons identifiés comme tels grâce au Thésaurus Larousse et aux recherches sur la question (cf. notre propos introductif). Pour les caractériser, nous avons procédé à leur analyse par l’application des critères usités pour classer les Npsychologiques (Anscombre, 1995). Ainsi avons-nous pu vérifier, avec le test de la reprise anaphorique par en – proposé par Lucien Kupferman (1991), et cité par Anscombre (1995, 2003) – et la construction en par, que les Némotion se trouvent caractérisés par leur aspect non processif (donc statif) et plus particulièrement que le lieu psychologique (bien souvent, dans notre cas, le sujet grammatical pour les constructions à GPcomplément) n’est pas agentif. Autrement dit, on trouve ici confirmé que les noms que nous avons sélectionnés appartiennent bien à la classe des Npsychologique.

(13) a. L’angoisse du quartier est visible.
b. *Le quartier, l’angoisse en est visible.
c. L’angoisse (de + *par) Paul est visible.

(14) a. La félicité de l’homme est vite accessible.
b. *L’homme, la félicité en est vite accessible.
c. La félicité (de + *par) l’homme est vite accessible.

16Parmi ces noms, certains sont à identifier comme Nendogène ou Nexogène selon qu’ils se combinent ou non avec certaines prépositions (pour, envers, à la vue de, devant – Anscombre 1995, 2003) et qu’ils entrent dans certaines constructions (A ma grande surprise ou A la surprise générale – Leeman 1987). Les Nendogène se caractérisent par leur combinaison avec les prépositions pour et/ou envers11, alors que les Nexogène peuvent entrer dans la construction A ma grande N et acceptent des combinaisons avec devant et/ou à la vue de. Les verbes de notre corpus sélectionnent préférentiellement des Nexogène (85 %) – donc qui ne correspondent pas à la définition des Némotion de Nelly Flaux et Danièle Van de Velde – parce qu’ils renvoient à des procès dynamiques (activités ou accomplissements) alors que les Nendogène (amitié, tendresse, etc.) ne connaissent pas le changement d’état12.

17Conclusion. On peut interpréter les observations issues de l’analyse distributionnelle par l’hypothèse que dans présuppose un jugement (donc une opération mentale préalable à la description fournie par l’énoncé tel qu’il se présente) : pour affecter à N0 (Nhum ou N-hum) un verbe axiologiquement marqué (positivement ou négativement), il faut préalablement avoir évalué ce qu’il lui arrive i.e. la nature de la relation qui unit le N0 au GP et le verbe au GP (cf. notre point 3). Dans ces conditions, ce à propos de quoi on construit un énoncé incluant dans met en jeu des entités déjà connues, d’où la proportion importante des déterminants définis introduisant N0 et N113.

Les verbes dans la construction « V dans Némotion »

18Les constructions verbales à GPcomplément ont une description paraphrastique au moyen de être. Il va de soi que la substitution avec être s’opère avec une perte de sens : baigner (Il baignait/était dans la félicité), se murer (Chacun se mure/est dans la solitude), nager (Nous nageons/sommes dans la confusion la plus complète), plonger (Le quartier est plongé/est dans l’angoisse), sombrer (L’enfant sombra/fut dans le désespoir), tomber (Je tombais/étais dans une exaspération nerveuse). Etre peut donc être identifié comme une sorte d’hyperonyme. Par rapport à cet hyperonyme, qui doit rester très général (mais être justifié formellement, par la commutation au moins), certains hyponymes peuvent être considérés comme des modalités (aspectuelle et/ou intensionnelle) de l’hyperonyme14.

19Du point de vue aspectuel, les hyponymes peuvent désigner : (i) de l’inchoatif (certains verbes traduisent le passage du « non-être » à l’« être » comme s’abêtir15, d’autres le passage d’un (lieu ou) état où l’on n’est pas à un (lieu ou) état où l’on est : s’abîmer (au sens de « sombrer », « plonger »), plonger, sombrer, tomber, verser, etc.) ; (ii) du continuatif (les verbes indiquent qu’un état ou une activité dure) : s’assoupir (= demeurer dans la félicité), communier, se figer, se murer (= demeurer silencieux), vivre mais aussi baigner, nager qui traduisent l’idée que le sujet continue à être dans une situation ; (iii) du terminatif (les verbes traduisent le passage du « être » au « non-être ») : s’abîmer au sens de « disparaître » (= «cesser d’être »), s’anéantir (au sens de « disparaître »), se fondre et (iv) du factitif de être (se retrouver).

20Dans d’autres cas, se greffe à la variation aspectuelle (ou à l’aspect lui-même, si le verbe équivaut à être) une connotation de l’ordre de l’intensionnel, i.e. des propriétés de la situation ou de l’événement rapportés. On en distingue deux types : (i) le positif : s’assoupir (dans une félicité) dénote le bien-être, tout comme baigner dans (la félicité + la joie), nager (dans le bonheur)… Ces verbes vont dans le sens des noms qui les suivent en ceci qu’ils indiquent (une sorte de progression vers) l’état parfait de l’état ou de la qualité en question : nager est le plus souvent associé à des noms connotés positivement. Ainsi, nager dans le bonheur ou dans la joie sont des expressions assimilables à des lieux communs stylistiques, et l’on dirait difficilement nager dans le malheur ou dans la tristesse [il y a cependant nager dans la confusion] ; (ii) le négatif : s’abêtir au sens de « se détériorer », se figer (dans l’angoisse), se murer (dans la solitude), nager (dans la confusion), plonger dans (l’angoisse + l’embarras), sombrer dans (le désespoir), tomber (dans l’exaspération), verser dans (l’insatisfaction + la nostalgie) : l’évolution se fait au détriment de ce que doit/veut être le sujet.

21Conclusion. Les verbes admettant un complément introduit par dans ont pour point commun d’être tous des hyponymes de être. On peut avancer l’hypothèse que être établit une coïncidence du sujet avec ce qui suit le verbe. Cette coïncidence peut recevoir, comme on vient de le voir, des nuances aspectuelles ou modales alors que être dans son emploi absolu (Je pense donc je suis) manifeste la coïncidence du sujet avec la propre existence – en somme ne fait que constater, enregistrer ou établir la simple existence du sujet. Dans cette perspective, l’absence de préposition entre être et le GN qui suit impliquerait une coïncidence totale entre le sujet et son état, sa qualité, son identité (Je suis Céline Vaguer), tandis que la présence de préposition manifesterait une simple localisation, un rapport du sujet avec le complément de verbe, situation que module la préposition : Etre (dans vs sur) une affaire. La préposition dans spécifie donc une des modalités possibles de l’être du sujet, en harmonie avec le sens particulier de chaque verbe : être dans marque une coïncidence « statique » (la préposition dans est donc « positionnelle »), alors que tomber dans signifie en lui-même le passage d’un état ou d’un lieu à un autre et sera complété par le point d’aboutissement : tomber dans une exaspération. Autrement dit, tomber dans exprime une coïncidence entre le sujet et le lieu au terme d’un procès dynamique. Les verbes de ce type peuvent être interprétés comme des inchoatifs de être. Dans d’autres cas, la relation de consubstantialité peut s’établir entre l’idée verbale et le nom introduit par dans tout le temps du procès : les énoncés avec murer se prêtent à l’assimilation de la solitude à un mur (Elle s’est murée dans sa solitude : Le mur est (dans) sa solitude/Sa solitude est le mur (dans lequel elle s’enferme). Étant donné que dans marque une coïncidence, le nom que cette préposition introduit doit être compatible avec le sujet pour que puisse s’établir la coïncidence entre les deux : en l’occurrence les Némotion ne peuvent être éprouvés que par Nhum (d’où la présence massive de ces noms dans notre corpus).

22Les prédicats renvoient dans leur majorité (57 %) à des accomplissements (procès perfectifs, ponctuels [+borné ou télique]) dans lesquels la préposition dans permet une « coïncidence partielle » (dans marque que la coïncidence s’établit entre le N0 et le N1 au terme du procès dénoté par le verbe : L’enfant est dans le désespoir après y avoir sombré). 43 % des procès renvoient à des activités/états (procès imperfectifs, duratifs [–borné ou atélique]) où la préposition traduit une « coïncidence totale » (dans marque la coïncidence entre N0 et N1 tout le temps du procès : Zef nage dans le bonheur = : Zef est dans un état de bonheur dans lequel il « nage »).

23Du point de vue sémantique, dans les constructions à verbe prédicatif, on peut attribuer aux GPcompléments des verbes d’accomplissements un sens « causal », là où les GP des verbes d’activités/états renverraient au sens « locatif ». En effet, avec les Vaccomplissement, si dans établit une relation de cause à effet (On se fige à cause de l’angoisse, On sombre à cause du désespoir…), l’inverse est également vrai : dans GN a une incidence négative (dénotée par le procès verbal) sur le sujet : C’est l’angoisse qui le fige, C’est le chagrin qui l’abîme… (le sujet est à la fois agent et patient de l’émotion et le verbe est dans son ensemble axiologiquement marqué négativement). Alors qu’avec les Vactivité/état, le GP est à identifier comme une sorte de « milieu ambiant » qui localise ce qui se passe, le procès dénoté par le verbe (le procès ne désigne pas en soi une action négative), mais rien n’est dit sur l’effet produit par cette émotion.

L’interprétation de la construction « V dans Némotion »

24Lorsque les propriétés linguistiques des verbes qui entrent dans cette construction les classent dans les procès bornés et non duratifs, l’hypothèse d’interprétation – le verbe relie le N0 à N1 par un événement fugitif, momentané – rencontre l’intuition que l’état émotionnel se vit dans l’instant, mais cela ne vaut que pour les termes axiologiquement marqués négativement (verser dans l’insatisfaction, se fondre dans la mélancolie…), car il existe aussi des verbes d’aspect non borné (nager, baigner) qui, eux, se combinent plutôt avec les noms connotés positivement (nager dans le bonheur, s’assoupir dans la félicité…). Selon l’hypothèse interprétative retenue précédemment, ces états émotionnels seraient vus par la langue comme duratifs, ce qui, en l’occurrence, ne rencontre pas forcément l’intuition référentielle : linguistiquement, on tombe ou bascule dans le malheur mais on baigne ou nage dans le bonheur ; le désespoir ou le chagrin sont linguistiquement des états ponctuels, tandis que la joie ou la félicité sont conçus par la langue comme destinés à durer sans fin – une philosophie optimiste en somme, n’était que le nombre de termes négatifs et de verbes d’aspect ponctuel l’emporte largement sur celui des noms connotés positivement et de verbes imperfectifs… bien que certaines émotions positives ou neutres puissent aussi être aussi ponctuelles (explosion de joie, l’étonnement le saisit…) et que l’on ne puisse faire totalement abstraction du sémantisme dénoté par des verbes comme tomber ou sombrer qui expriment une dégradation et, donc, accompagnent tout naturellement des émotions négatives16.

Haut de page

Bibliographie

Anscombre, J.-C. (1995) : Morphologie et représentation événementielle : le cas des noms de sentiment et d’attitude, in A. Balibar-Mrabti (dir.), 40-54.

—, (2003) : Psych-Nouns in French : Semantics and Object Classes, Language Research Special Issue, 55-76.

Balibar-Mrabti, a. (1995) : Une étude de la combinatoire des noms de sentiment dans une grammaire locale, A. Balibar-Mrabti (dir.), 88-97.

—, (dir.) (1995) : Langue française, 105, Grammaire des sentiments, Paris, Larousse.

Bouchard, d. (1995) : Les verbes psychologiques, A. Balibar-Mrabti (dir.), 6-16.

Cledat, l. (1900) : Grammaire élémentaire de la vieille langue française, Paris, Garnier Frères.

Delaveau, A. (2001) : Syntaxe. La phrase et la subordination, Armand Colin.

Flaux, n. et Van de Velde, d. (2000) : Les noms en français : esquisse de classement, Gap/Paris, Ophrys, coll. « L’essentiel ».

Gross, m. (1975) : Méthodes en syntaxe, Paris, Hermann.

—, (1995) : Une grammaire locale de l’expression des sentiments, in A. Balibar-Mrabti (dir.), 70-87.

Harris, Z. (1970) : Papers in Structural and Transformational linguistics, Dordrecht/Holland, D. Reidel Publishing Company.

Kerbrat-orecchioni, c. (1980) : L’énonciation. De la subjectivité dans le langage, Paris, Armand Colin.

Kiefer, f. (1998) : Les substantifs déverbaux événementiels, Langages, 131, 56-63.

Kupferman, l. (1991) : L’aspect nominal et l’extraction en français moderne, 59/2, 113-147.

Leeman, D. (1987) : À ma grande surprise, Revue québécoise de linguistique, 16/2, 225-265.

—, (1991) : Hurler de rage, rayonner de bonheur : remarques sur une construction en de, Langue française, 91, 80-101.

—, (1995) : Pourquoi peut-on dire Max est en colère mais non *Max est en peur ? Hypothèses sur la construction être en N, in A. Balibar-Mrabti (dir.), 55-69.

Lexis. Dubois, J. et coll. (1994) : Dictionnaire de la langue française. Lexis, Paris, Larousse (1re éd. 1979).

Mathieu, y.y. (1995) : Verbes psychologiques et interprétation sémantique, in A. Balibar-Mrabti (dir.), 98-106.

—, (2000) : Les verbes de sentiment. De l’analyse linguistique au traitement automatique, Paris, CNRS Éditions.

Péchoin, d. (1992) : Thésaurus Larousse : des idées aux mots, des mots aux idées, Paris, Larousse (1re éd. 1991).

Ruwet, n. (1972) : À propos d’une classe de verbes « psychologiques », Théorie syntaxique et syntaxe du français, Paris, Le Seuil, 181-251.

—, (1993) : Les verbes dits psychologiques : trois théories et quelques questions, Recherches linguistiques de Vincennes, 22 : 95-124.

—, (1994) : Être ou ne pas être un verbe de sentiment, Langue française, 103, 45-55.

—, (1995) : Les verbes de sentiment peuvent-ils être agentifs ?, in A. Balibar-Mrabti (dir.), 28-39.

Vaguer, c. (2004a) : Les constructions verbales « V dans GN ». Approches syntaxique, lexicale et sémantique, thèse de l’université Paris 10-Nanterre.

—, (2004b) : Qu’est-ce qu’un verbe support ?, in C. Vaguer et B. Lavieu (dir.) Le verbe dans tous ses états : Grammaire, sémantique, didactique, Namur, Cedocef & Presses universitaires de Namur (Belgique), coll. « Diptyque », 117-134.

Van de Velde, D. (1998) : Alice noyée dans ses larmes, Verbum, XX/4 : 395-403.

Voorst, j. (van) (1995) : Le contrôle de l’espace psychologique, A. Balibar-Mrabti (dir.), 17-27.

Willems, D. (1981) : Syntaxe, lexique et sémantique. Les constructions verbales, Gent, Rijksuniversiteit.

Haut de page

Annexe

Corpus retenu pour la présente étude

A

Angoisse (1) Le philosophe abstrait et le philosophe religieux partent du même désarroi et se soutiennent dans la même angoisse. [1033]

(2) L’annonce de l’ouverture d’un centre pour sans-logis a plongé le quartier dans l’angoisse et la paranoïa. [10]

(3) Je regarde ma famille : je vois le teint livide, le bras troué de mon frère, le visage de ma mère, figé dans l’angoisse, la raideur de mon père. [267] .

B

Bonheur (4) Et il n’a pas fini de nager dans le bonheur, « sa » maison est située au numéro 13. [740]

C

Chagrin (5) Je n’aime pas à voir une aussi belle nature que la vôtre, s’abîmer dans le chagrin et le désœuvrement. [30] confusion

(6) Nous nageons dans la confusion la plus complète. [584]

D

Désespoir (7) L’enfant sombra dans le désespoir. [513]

(8) Cette génération sans espoir… est toute désignée pour sombrer dans le désespoir et le banditisme. [516] détresse

(9) Et soudain… il se sent dans une grande détresse, tout à fait étrangère aux gestes qu’il est en train d’accomplir. [50] douleur

(10) A l’entendre, celui-ci se vit dans la douleur. [450] (11) J’ai peur que le grand homme ne finisse par s’abêtir là-bas, dans sa douleur

(12) Un enfant né dans la douleur et qui se retrouve plongé dans un univers résolument sombre et agressif. [477]

E

Embarras (13) Votre arrivée l’a plongé dans l’embarras. [412] exaltation

(14) Cinq longues années, l’éternité qui s’étend de l’école maternelle à l’entrée en sixième, allaient enfin s’anéantir dans l’exaltation d’un décollage par un matin magnifique. [926] exaspération

(15) Je tombais dans une exaspération nerveuse et j’avais envie de les rouer de coups. [309]

F

Félicité (16) Il triomphait, il se vengeait, il baignait dans la félicité. [1195]

(17) Je puis m’assoupir dans une félicité vite accessible. [21]

I

Insatisfaction (18) Tout l’art du désir est de s’affiner dans l’insatiable sans verser dans l’insatisfaction. [355]

J

Joie (19) Depuis son succès, il baigne dans la joie la plus extraordinaire. [628]

(20) C’est le grand danger, en effet, à partir du moment où d’autres n’arrêtent pas de pédaler dans « la joie et la bonne humeur «. [536]

M

Mélancolie (21) Du passé montent des images, des souvenirs, des regrets, des remords qui finissent par se fondre dans la mélancolie et dans la nostalgie des univers disparus. [684]

N

Nostalgie (22) Presque tous le font sans verser dans la nostalgie, ni dans le dénigrement, ni dans l’auto flagellation. [356] (23) Du passé montent des images, des souvenirs, des regrets, des remords qui finissent par se fondre dans la mélancolie et dans la nostalgie des univers disparus. [684]

R

résignation (24) Je fis résolument consister ma dévotion dans la résignation, et, si je gardai la foi, ce fut par un reste d’habitude [960]

S

Sérénité (25) Lionel Jospin doit présenter sa démission lundi matin. « Je pars dans la sérénité », confie le premier ministre. [902] solitude

(26) A savoir l’adolescence, les nuits brûlées, et ce film, un soir d’été, dans une salle qui baignait dans la sueur et la solitude des hommes. [145]

(27) Pour que cette proximité de la capitale le confirmât dans sa solitude. [198]

(28) On ne comprendrait rien à l’histoire de ces deux-là sans savoir qu’ils se retrouvaient dans une même solitude. [466]

(29) Chacun regagna son univers, muré dans la solitude de ses tragédies minuscules. [614]

T

terreur (30) Si les droits de l’homme ne devaient pas se réaliser dans un droit à l’exception, dans un encouragement à l’individualité incomparable, ils risquaient de sombrer soit dans la Terreur, soit dans l’Empire. [1067]

(31) La pilule n’existait pas, et vous avez vécu dans la terreur de tomber enceinte. [208]

(32) Les gens se figèrent dans la terreur. tristesse

(33) Nous passions là [le balcon] des heures à communier dans la tristesse. [1187]

Haut de page

Notes

1 On peut donc définir comme Némotion les noms qui ont la possibilité d’être introduits par éprouver et qui ne nécessitent pas un complément de type à l’égard de/pour quelqu’un. Dans cette perspective désespoir est un nom d’émotion et admiration un nom de sentiment : on éprouve du désespoir et on éprouve de l’admiration, mais ce n’est que dans ce dernier cas qu’un complément apparaît (*éprouver du désespoir à l’égard de quelqu’un vs éprouver de l’admiration à l’égard de quelqu’un).
2 Pour Nelly Flaux et Danièle Van de Velde ce type d’analyse n’est pas pertinent puisque ce qu’elle fait surgir est « révélateur d’une donnée psycho-culturelle selon laquelle nager est un plaisir, mais il ne fonde aucune différence entre joie et chagrin » (2000 : 8). Nous montrerons (infra) qu’au contraire, il y en a bien une à établir.
3 La position post-V fini se situe entre l’auxiliaire et le participe. L’application de ce test (i.e. le déplacement du GP en position post-V fini) ne peut donc avoir lieu que lorsque l’énoncé est à un temps composé puisqu’à un temps simple, cette position correspond à la position post-verbale (position retenue pour établir notre corpus). Ce test ne peut donc s’appliquer sur l’entier du corpus, mais uniquement sur un sous-corpus contenant un verbe à un temps composé. Il ne permet donc pas à lui seul de distinguer les ajouts des arguments.
4 64 % du corpus peut en effet recevoir cette double analyse (construction à verbe prédicatif vs construction nominale prédicative), ce n’est donc pas un phénomène marginal, isolé.
5 Pour une présentation de l’ensemble des tests transformationnels permettant d’identifier et de caractériser des constructions à verbe support, cf. l’article de Céline Vaguer (2004b).
6 Les noms dits « humains » reçoivent une caractérisation distributionnelle du fait qu’ils peuvent se voir substituer le pronom quelqu’un, ont pour pronom interrogatif qui et ne peuvent être l’antécédent du pronom relatif où (Gross, 1975).
7 Cf. la classification des noms opérée par Ferenc Kiefer (1998).
8 Reste à savoir pourquoi on a affaire à ce type de restriction dans ces constructions alors que ce n’est pas le cas dans d’autres constructions. Est-ce le fait de la présence de la préposition dans ? Nous faisons ici ce simple constat qui doit certes être validé par l’observation d’un corpus plus étendu.
9 Catherine Kerbrat-Orecchioni définit sous l’appellation axiologiques « les termes péjoratifs (dévalorisants)/mélioratifs (laudatifs, valorisants) » (1980 : 73).
10 En ce qui concerne les déterminants, ce sont essentiellement des définis : articles (les, l’, le), démonstratifs (ces, cette) et possessifs (votre, son) – observation qui vaut aussi pour les N0 (sujets).
11 On a vu plus haut que c’est l’un des critères qui permet à Nelly Flaux et Danièle Van de Velde d’opposer les Nsentiment aux Némotion.
12 Nous remercions notre relecteur de nous avoir mise sur la voie de l’aspect pour expliquer l’emploi massif des Nexogène dans nos constructions.
13 Une analyse des déterminants s’avère nécessaire notamment dans l’étude des constructions nominales prédicatives car, comme nous le fait remarquer à juste titre notre relecteur, le déterminant défini devant N1 semble être plutôt un générique, ce que confirmerait d’ailleurs l’analyse du N1 comme nom prédicatif.
14 Pour établir ces sous-classes, nous nous fondons sur les verbes en emploi tels qu’ils sont présentés dans le corpus.
15 S’abêtir fait partie des « verbes construits » en tant qu’ils « sont dérivés d’adjectifs [et] peuvent être décrits comme des raccourcis d’une construction attributive, centrée sur les verbes rendre, être et devenir » (Willems, 1981 : 143).
16 Nous remercions notre relecteur pour cette précision.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Vaguer, « Pourquoi sombre-t-on dans le malheur ? », Lidil [En ligne], 32 | 2005, mis en ligne le 16 juillet 2007, consulté le 22 mars 2017. URL : http://lidil.revues.org/99

Haut de page

Auteur

Céline Vaguer

Céline Vaguer, Université Paris X-Nanterre, LLphi-MoDyCoc.<vaguer@free.fr>.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lidil

Haut de page
  • Revues.org